Quand nous nous plaignons, c’est habituellement quelque chose de mauvais. Mais se plaindre n’est pas forcément mauvais en soi. Il existe une manière de se plaindre avec foi et une manière de se plaindre sans foi.

La Bible fait souvent référence aux plaintes sans foi à des murmures et nous avertit de nous éloigner d’un tel comportement (Nombres 14:26-30 ; Jean 6:43 ; Philippiens 2:14 ; Jacques 5:9). Quand nous murmurons, nous déclarons de manière directe ou indirecte que Dieu n’est pas suffisamment bon, aimant, sage, puissant ou compétent ; autrement, il nous traiterait d’une meilleure manière ou il gérerait l’univers d’une façon plus efficace. Une plainte sans foi est un péché parce c’est une accusation contre Dieu de mal faire les choses.

Mais une plainte avec foi ne porte pas d’accusation envers Dieu. C’est plutôt l’expression honnête de ce que nous ressentons quand nous faisons face aux problèmes, aux angoisses et à la douleur de vivre dans ce monde déchu et futile (Romains 8:20-23). Dieu n’a rien contre ce type de plainte. Au contraire, il l’encourage — et nous apprend à comment le faire dans la Bible.

Je crie, de ma voix, à l’Éternel ; de ma voix, je supplie l’Éternel. Je répands devant lui ma plainte ; j’expose ma détresse en sa présence (Psaume 142:2-3).

La manière dont Dieu veut que nous nous plaignions

La plupart de ces complaintes justes et bibliques se trouvent dans ce qu’on appelle les psaumes de lamentations. Le Livre des Psaumes contient des prières et des hymnes que Dieu a choisis afin de nous enseigner comment exprimer notre adoration envers lui. Environ un tiers des psaumes sont des lamentations et ce sont des précieux dons de Dieu.

Dans ces lamentations, les auteurs déversent devant Dieu leur tristesse (Psaume 137), leur colère (Psaume 140), leur peur (Psaume 69), leurs attentes (Psaume 85), leur confusion (Psaume 102), leur détresse (Psaume 22), leur repentance (Psaume 51), leur déception (Psaume 74) et leur dépression (Psaume 88) qui sont dues à cause soit d’un mal extérieur ou intérieur.

Ces psaumes sont l’expression de la profonde compassion que Dieu a pour nous (Jacques 5:11). Il sait que nous aurons souvent à faire face à des souffrances déconcertantes et qu’alors nous aurons souvent besoin de lui exposer notre douleur.

Dieu veut que nous déversions nos plaintes devant lui et que nous lui exposions nos difficultés (Psaume 142:2). Il veut que nous le fassions de manière privée, comme David l’a fait quand il a écrit le Psaume 142 dans la caverne d’Adullam (1 Samuel 22). Et il veut que nous le fassions de manière collective, comme quand le peuple d’Israël a par la suite chanté ce psaume ensemble.

Il veut que nous lui disions exactement ce que nous ressentons, comme quand David s’exclame, « personne n’a souci de mon âme » (Psaume 142:5). Et il veut que nous nous souvenions que malgré comment les apparences, à cause de ses très grandes promesses (2 Pierre 1:4), un jour toutes ces difficultés ne nous affligeront plus, comme quand David déclare plein de confiance, « tu me feras du bien » (Psaume 142:8).

Ces psaumes de lamentations sont des trésors pour tous les saints. Ils inspirent nos âmes troublées. Ils nous montrent comment nous plaindre devant Dieu sans le déshonorer. Ils sont eux-mêmes des expressions de la compassion que Dieu a envers nous, parce qu’au travers d’eux nous voyons que nous ne sommes pas les seuls à ressentir ce que nous ressentons, et que vraiment Dieu nous comprend.

Si nous avons des oreilles pour écouter, ces psaumes nous mettront également en garde de trop attendre de ce monde. Dieu n’a pas toujours la volonté que ses saints expérimentent la prospérité. Mais plutôt, ces psaumes de lamentation nous rappellent la véracité de cette déclaration de Jésus : « vous aurez des afflictions dans le monde », et nous dirigent vers un plus grand espoir, « mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16:33).

Alors, allez-y, répandez vos plaintes devant Dieu, mais ne murmurez pas. Apprenez au travers des psaumes de lamentations à vous plaindre tout en étant plein de foi.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.