Mon mari s’est récemment rendu aux chutes Victoria en Zambie. Hélas, lui seul y était, et je n’ai pas pu voir la beauté et la majesté de ce spectacle bien qu’il m’en envoya une photo. Je lui suis reconnaissante pour ce geste, mais j’avoue que cela ne m’a fait que regretter davantage de ne pas y être en personne.

Je pouvais voir les rayons du soleil passer au travers de la première moitié de la chute créant ainsi un arc en ciel dans ce brouillard d’eau. Cependant je ne pouvais pas entendre le bruit de l’eau s’écrasant dans l’océan en contre bas. Je ne pouvais pas sentir toutes les sensations qui surgissent quand nous sommes face à une telle beauté. Je n’ai vu qu’une fraction de cette majesté sur mon téléphone. J’ai bien aimé qu’il m’envoie cette photo, mais ce n’était qu’une bien pauvre représentation de la réalité.

De la même manière, mon mari est appelé à représenter la beauté et la gloire de Christ à travers notre mariage. Mais je dois me rappeler qu’il n’est juste qu’une image, une représentation de cette réalité. Nos maris ont ce grand et glorieux appel d’être comme Christ pour nous. Ils sont appelés à nous aimer comme Christ aime l’Église et a donné sa vie pour elle (Éphésiens 5:25).

En tant qu’épouses, il est assez facile d’être pris dans cet appel pour nos maris et d’assumer (et tout spécialement les jeunes mariées) que nos maris vont immédiatement prendre la ressemblance de Christ dans notre mariage. Et pourtant, ce n’est pas parce qu’ils sont appelés à être comme Christ qu’ils sont comme Christ.

Le travail de Dieu au travers des épouses

Les femmes et leurs maris sont tous deux dans ce processus d’être façonnés à l’image de Christ au travers de leur mariage. Quand nous quittons l’autel le jour de notre mariage, nos époux ne se transforment pas en un clin en des images parfaites de Christ. Dieu utilise le mariage pour sanctifier la femme et son mari, afin que chacun d’eux puisse être une représentation de Christ pour l’autre. Cela peut prendre des années de sanctification pour que le mari apprenne à diriger comme Christ le fait, et même alors, cela sera toujours imparfait. Leurs femmes, en tant qu’aides, viennent aux côtés de leurs maris afin de les faire progresser dans cette ressemblance.

Nous savons tous qu’aider nos époux ne se résume pas à l’éducation des enfants, à plier le linge, faire la vaisselle ou préparer les repas. Nous aidons nos maris quand nous étudions et que nous aimons la Parole de Dieu et quand nous cherchons à l’appliquer dans notre mariage. Notre service pratique à la maison est important, mais nous avons également un service pratique à rendre quand nous vivons l’Évangile dans nos maisons au travers d’attitudes ainsi que de paroles et d’actions envers nos maris qui honorent Dieu.

Être une aide signifie que nous avons besoin du discernement de Dieu afin de savoir quand nous devons encourager, quand nous devons confronter une certaine attitude avec grâce, et quand nous devons être silencieuses et prier. Quand nous remplissons ce rôle d’aide dans notre mariage, cela peut agir comme un catalyseur afin que nos époux puissent vivre et diriger comme Christ. Ce rôle d’aide est avant tout spirituel et émotionnel plutôt que physique.

L’aide de Dieu pour la bataille

Nous pouvons aider nos maris à être comme Christ dans nos mariages, tout en nous rappelant qu’ils ne sont pas Christ. Nos époux sont davantage comme Moïse : appelé à quelque chose de grand, mais souvent doutant d’eux-mêmes. Nous devons les aider à voir que leur appel dans le mariage est un appel à refléter Jésus tout comme une image reflète des centaines de milliers de litres d’eau se déversant d’une falaise africaine.

Moïse était un type de Christ dans l’Ancien Testament – une image destinée à représenter la venue d’un meilleur leader pour le peuple de Dieu. Un leader si grand qu’il serait leur Messie, leur Sauveur et leur plus grand trésor. Moïse était une représentation imparfaite de cette chute d’eau spectaculaire qu’est Jésus-Christ.

Les israélites ont constamment oublié cette vérité. Ils ont regardé à l’image et non à Dieu lui-même. Et tout comme les israélites, nous, en tant qu’épouses, nous pouvons mettre beaucoup trop de foi et d’espoir dans cette représentation que sont nos maris. Tout comme Moïse, nos époux sont des hommes imparfaits et pécheurs, et cependant appelés par Dieu à nous amener à la perfection.

Dieu connaissait cette réalité à propos de Moïse – et de nos maris – et il lui a donné une aide au travers de son frère Aaron pour l’aider. Quand Israël et Amaleck étaient en guerre (Exode 17:8-16), Israël prenait le dessus tant que Moïse tenait son bâton levé, mais perdait du terrain quand il le baissait de fatigue. Aaron et Ur l’ont alors aidé à tenir ses bras en l’air, et par leur aide, Israël a gagné. D’une manière similaire, Dieu appelle nos maris à la bataille – dans nos maisons, dans nos églises, dans notre voisinage – et nous sommes appelés à les soutenir quand ils sont faibles.

La beauté limitée d’époux imparfaits

Nos époux auront parfois des luttes avec cet appel et avec leur foi, alors nous devons être présentes pour leur rappeler la grâce de Dieu qui est disponible pour eux maintenant au travers de Christ. C’est par cette grâce uniquement qu’ils pourront grandir de plus en plus dans cette ressemblance à Christ à laquelle ils sont appelés. Il est très important que notre espoir et notre foi soient fixés sur Dieu lui-même, et non pas sur nos époux, parce que nos époux ne sont qu’une représentation imparfaite de notre mari céleste.

Dieu nous a déjà acquis pour lui-même au travers de la croix de Jésus-Christ. Il est notre espoir et celui sur lequel nous nous reposons afin d’aider nos maris dans cette bataille pour la foi. Ce rôle d’aide dans le mariage demande que notre foi et notre force soient uniquement en Christ. C’est lui qui est glorieux et majestueux tout comme ces chutes de Victoria, et non pas les faibles représentations que nous pouvons avoir en photo sur nos téléphones. Nous pouvons aimer la photo – cette image de Jésus-Christ dans nos maris – mais notre foi doit reposer sur le roc, le ressuscité et celui qui règne sur toutes choses.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.