Pourquoi Christ nous a donné des leaders

Nous vivons dans une société qui est devenue dramatiquement sceptique à propos du leadership — et parfois pour de bonnes raisons.

Les histoires d’abus de pouvoir foisonnent et les déceptions font souvent les gros titres. Nous avons tous déjà connu le sentiment d’avoir été trahi par un leader en qui nous avions mis notre confiance. La souffrance et la confusion qui en résultent sont alors bien réelles et les blessures peuvent être profondes. On apprend alors à se protéger d’une déception future et le cynisme paraît être une protection fiable.

Mais les échecs retentissants des célèbres leaders peuvent aussi masquer la vraie raison de notre mécontentement d’être dirigé, à savoir notre amour inconditionnel pour notre moi et notre esprit d’indépendance. Quand en plus vous ajoutez à cela une mauvaise compréhension du leadership et que cela devient un statut, un symbole de réussite et de privilège, nous sommes alors bien heureux d’être notre propre leader et de faire les choses à notre manière. Et nous sommes plus que réservé pour donner ce droit sur nos vies à quelqu’un d’autre que nous-mêmes.

Conduit par Dieu au travers des leaders

Au milieu d’une telle confusion, la foi chrétienne parle d’une manière dissonante. Vous avez besoin de leaders, c’est pour votre bien. Vous avez été conçu pour être dirigé. Certes, au bout du compte, pour être dirigé par Dieu — à travers le Dieu fait homme qui détient toute autorité à la droite du Père, mais il y a plus que cela.

Le Christ ressuscité a décrété qu’il y avait besoin de leaders humains sur la terre dans son Église. Aussi précieux que soit le fait que tous les croyants sont maintenant eux-mêmes des sacrificateurs pour Dieu — ce qui au passage est une vérité qui allait absolument à l’encontre de la culture de l’époque jusqu’à la Réforme — aujourd’hui nous avons un besoin grandissant de mettre des mots sur la nature et la beauté du leadership dans l’église locale.

Une vision chrétienne du leadership

Une des manières dont Christ gouverne et bénit son église est en lui donnant des leaders : « C’est aussi lui qui a établi les uns apôtres, les autres prophètes, les autres évangélistes, et les autres pasteurs et docteurs ; pour le perfectionnement des saints, pour l’oeuvre du ministère, pour l’édification du corps de Christ » (Éphésiens 4:11-12).

La mention de pasteurs et de docteurs a une importance particulière parce que cela inclut le ou les pasteurs de votre église locale. Vous n’avez jamais rencontré un des apôtres de Jésus-Christ, mais il est fort probable que vous connaissiez un pasteur. Et ce sont ces pasteurs sont un don de Christ afin de guider et de garder son église aujourd’hui.

Sont-ils parfaits ? Non. Sont-ils pécheurs ? Absolument. Est-il déjà arrivé que des pasteurs fassent de terribles erreurs, qu’ils dépouillent leur troupeau, qu’ils blessent ceux qu’ils étaient justement appelés à protéger ? Malheureusement oui, de trop nombreux l’ont fait. Mais ce n’est pas parce qu’ils étaient en train d’accomplir la vision de ce qu’était un vrai leader chrétien, mais parce qu’ils ont échoué. En fait, les échecs montrent — par contraste — ce que le vrai leadership devrait être dans l’église.

Les leaders sont là pour votre joie

La lettre aux Hébreux nous donne un aperçu primordial du leadership chrétien :

Obéissez à vos conducteurs et soyez-leur soumis, car ils veillent sur vos âmes, comme devant en rendre compte, afin qu’ils le fassent avec joie et non en gémissant ; car cela vous serait préjudiciable. (Hébreux 13:17)

Ici nous avons une belle vision, semblable à celle d’un mariage, de la relation qui existe entre l’église et ses leaders. Les leaders, de leur côté, travaillent au profit de l’église. Et l’église, de son côté, désire que ses leaders puissent travailler avec joie. Non pas avec des gémissements, parce que la joie des pasteurs dans l’accomplissement de leur leadership est pour le bien de l’église. Les personnes veulent que leurs leaders travaillent avec joie parce qu’elles savent que ceux-ci travaillent pour elles.

Pour votre bénéfice

Paul se voyait lui-même comme un ouvrier pour la joie dans la vie des Philippiens. « Et je suis pleinement persuadé que je resterai, et que je demeurerai avec vous tous, pour votre avancement et pour votre joie dans la foi, afin que vous ayez en moi, par mon retour au milieu de vous, un sujet de vous glorifier pleinement par Jésus-Christ. » (Philippiens 1:25-26)

Il voyait son leadership comme un travail en faveur de l’église afin qu’elle progresse dans la joie de la foi. À quel point alors le peuple devrait-il être heureux de se soumettre à de tels leaders ! Cela change radicalement la perspective de se soumettre à un leader, quand vous savez que celui-ci ne poursuit pas ses propres intérêts, mais cherche véritablement ce qu’il y a de meilleur pour vous et ce qui vous donnera la joie la plus profonde et la plus solide possible. « Non que nous dominions sur votre foi, mais nous contribuons à votre joie, puisque c’est par la foi que vous demeurez fermes » (2 Corinthiens 1:24).

Ainsi, vous qui êtes sceptiques à propos du leadership en général, que se passerait-il si vous saviez que « ceux qui président sur vous selon le Seigneur » (1 Thessaloniciens 5:12) ne sont pas là pour flatter leur ego ou pour profiter de quelque privilège ou pour imposer leur volonté aux autres, mais qu’ils sont plutôt là pour mettre de côté leurs droits et leur confort afin de travailler activement pour votre joie ?

Et vous qui êtes leaders dans l’église ou dans votre foyer ou au travail, que se passerait-il si ceux qui sont sous votre autorité étaient convaincus — profondément convaincus — que votre position n’est pas un passe-droit ou un faire-valoir personnel, mais que vous êtes là pour leur joie ? Que se passerait-il s’il savait que votre joie dans votre leadership n’est pas une joie égoïste, mais la satisfaction de voir ceux qui sont sous votre autorité joyeux ?

Pas de plus grande joie

Les leaders goûtent à la plus grande des joies quand ils cherchent sincèrement l’intérêt des autres, quand ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour que ceux qui sont sous leur autorité s’épanouissent et se développent. Ils connaissent alors le plaisir de l’apôtre Jean qui disait, « Je n’ai point de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité » (3 Jean 4). Ils peuvent dire, « Quelle est notre espérance, ou notre joie, ou notre couronne de gloire ? N’est-ce pas vous aussi, en la présence de notre Seigneur Jésus-Christ, à son avènement ? Oui, vous êtes notre gloire et notre joie » (2 Thessaloniciens 2:19-20).

Quand les bergers dans l’église se montrent être eux-mêmes comme des ouvriers pour la vraie joie de leur troupeau, ils marchent alors dans les pas du Grand Berger — le Grand Ouvrier de notre joie — celui qui nous a demandé de prier afin que « notre joie soit accomplie » (Jean 16:24), et qui nous enseigne afin que « que sa joie demeure en nous, et que notre joie soit accomplie » (Jean 15:11 ; Jean 17:13).

Les leaders chrétiens existent pour la joie de l’église. Une telle vision change tout, premièrement pour les pasteurs et ensuite pour leur troupeau.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.