« Comment vas-tu ? » C’est un peu une mauvaise habitude – dont je suis également coupable – quand ces mots sont utilisés plus comme une salutation que réellement comme une question. Il est facile de dire, « Comment vas-tu ? » sans réellement vouloir une réponse conséquente. Quelquefois des personnes posent cette question sans même ralentir leur pas alors qu’ils me croisent. La seule réponse appropriée, et même la seule réponse physiquement possible est de dire « Bien » ou « Super », même quand ce n’est pas vraiment le cas. Ce type de salutation superficielle est très caractéristique des relations que nous pouvons avoir dans notre époque. Souvent, nous avons tendance à rester très superficiels dans nos relations, et nous dévoilons très rarement le véritable état de notre coeur.

La communauté : Un endroit où l’on peut être vrai

La communauté chrétienne devrait être l’un des endroits où les personnes peuvent effectivement révéler leurs faiblesses. Les rassemblements entre frères et soeurs chrétiens devraient être des temps où nous ne cachons pas l’état réel de notre vie. Être vulnérable signifie que nous pouvons être honnêtes à propos d’un péché, d’une faiblesse ou d’un dysfonctionnement dans notre vie. Cette vulnérabilité peut inclure une culpabilité à propos de choses passées, une anxiété excessive, une solitude, une tristesse ou un manque général de joie ou de satisfaction. Certains peuvent douter de Dieu ou se sentir complètement dépassés ou inadéquats comme chrétiens, maris, épouses, parents ou employés.

Cela est dangereux quand on s’attend à ce que les chrétiens soient ouverts et honnêtes et qu’ils ne le sont pas. Si quelqu’un commence à s’ouvrir à propos d’une difficulté dans sa vie, et que les autres répondent de manière légère, ou avec des clichés, ou dans un total silence, ou avec dégoût ou même indifférence, cela va décourager et même être un frein au fait d’être ouvert les uns aux autres. En effet, cela communique à celui qui s’ouvre, ainsi qu’aux autres personnes dans le groupe, que ce qui a été partagé n’est pas important. Les autres se souviendront de cette expérience et ne partageront jamais quelque chose de vulnérable sur eux-mêmes. Quand les chrétiens ne répondent pas de manière appropriée dans ces moments-là, cela entrave les relations fraternelles et empêche une saine communion les uns avec les autres. Cela va mener à des relations fraternelles en apparence correcte, mais au final très superficielles.

Quel est le remède ?

Comment aller plus loin ? Être vulnérable c’est s’ouvrir à la possibilité d’être blessé ou incompris. Dans le contexte de la communauté chrétienne, être vulnérable c’est montrer son humanité. C’est admettre que nous ne sommes pas des gens parfaits. Que nous ne sommes pas arrivés au bout de notre course. Que nous sommes toujours des personnes faillibles qui vivons dans un monde lui-même en lambeau à cause de la chute. Nous pouvons connaître la dépression, le burn-out, le cancer, la tristesse, la mort, la douleur, la maladie, des difficultés dans nos relations, la solitude, la convoitise, l’anxiété, et la liste continue.

Mais notre histoire ne se termine pas forcément sur cette note négative. ll existe une vulnérabilité qui peut être racheté, une vulnérabilité qui mène à la vie. Cela est possible quand nous partageons nos faiblesses afin de montrer la toute-puissance et toute suffisance de Christ et de l’Évangile dans nos vies, qui vont nous transformer petit à petit à l’image de Christ. La vulnérabilité n’est pas une fin en soi. Mais plutôt notre vulnérabilité devrait nous faire regarder, en tant qu’individu et en tant que groupe, à la toute suffisance de Jésus. Nous regardons et nous espérons dans la rédemption que nous avons en Christ et dans l’oeuvre qui a été accomplie à la croix.

Dieu utilise des personnes faibles pour accomplir de grandes choses

Paul appelle les Corinthiens à se souvenir qu’ils ne font pas partie de l’élite culturelle, politique, ou des riches de ce monde. Mais plutôt qu’ils font partie des fous, des faibles et des personnes qui sont méprisés (1 Corinthiens 1:26-31). Le principe qui est énoncé ici est que Dieu use de manière intentionnelle les choses faibles pour accomplir de grandes choses. Et la raison pour laquelle Dieu agit de la sorte, c’est qu’afin « que nulle chair ne se glorifie devant Dieu » (1 Corinthiens 1:29). La gloire ne revient qu’à lui seul.

Dieu n’a pas besoin de personnes puissantes ou influentes pour accomplir son oeuvre. Dieu fait en sorte que ce soient les faibles, les humbles et les fous qui aient un impact totalement disproportionné sur le monde, afin que Christ reçoive toute la gloire. Dieu choisit de manière délibérée les faibles pour accomplir ses plus grandes oeuvres. Quand nous reconnaissons que nous sommes des personnes faibles, nous pouvons arrêter de vouloir maintenir cette façade et au contraire nous pouvons regarder à la suffisance et à la bonté de notre Dieu qui nous donne la rédemption, la guérison et le réconfort dans nos luttes.

Amener la rédemption dans nos faiblesses

Récemment, un ami m’a partagé que dans son petit groupe, en une seule année, ils sont passés au travers de difficultés telles que la mort d’un parent proche, un délit criminel, des accusations liées à un trafic de drogue, des problèmes psychologiques, une attirance homosexuelle, des problèmes conjugaux, un changement d’emploi délicat et une situation de handicap. Et cependant ils ne furent pas paralysés par aucune de ces difficultés. Ils ont prié, étudié la Parole de Dieu, se sont supportés les uns les autres, et se sont rappelés les uns aux autres qui était Dieu et ce qu’il avait fait par le passé. Ils ne sont pas devenus un groupe d’entraide centré sur eux-mêmes. Ils ne se sont pas juste écoutés et lamentés les uns les autres. Ils ont écouté, et ensuite ils ont regardé ensemble à Dieu. Ils ont laissé les vérités et les promesses de la Bible remplir leurs coeurs et leurs esprits tandis qu’ils marchaient au travers de ces circonstances et de ces situations difficiles.

Amener de la rédemption dans nos faiblesses signifie que nous sommes ouverts au fait de ne pas nous laisser dépasser par notre situation, mais que nous allons lever les yeux ensemble vers Dieu. Nous pouvons regarder ensemble à ses promesses. Nous pouvons crier ensemble pour avoir du réconfort, de la sagesse, de l’aide et de la foi. Nous nous écoutons les uns les autres et nous travaillons ensemble dans la prière, parce que parfois nous sommes trop faibles pour prier seuls. Nos faiblesses et nos vulnérabilités nous rappellent que nous sommes entièrement dépendants de Dieu et que Dieu est plus que suffisant. 
Dieu aime nous rencontrer dans ces moments et nous donner plus de sa grâce tandis que nous le cherchons ensemble.

Pas une solutions magique

Pour que les choses se passent de cette manière, cela va demander beaucoup de sagesse. Ce n’est pas quelque chose qui se fait comme cela du jour au lendemain. Nous marchons les uns avec les autres au travers de choses difficiles qui n’ont pas forcément une conclusion toute trouvée ou qui même ne seront jamais résolues de ce côté-ci du paradis. 
Nous ne pouvons pas appliquer bêtement l’Évangile sur nos difficultés tout comme un simple sparadrap n’est d’aucune utilité pour soigner un cancer. Mais plutôt, nous laissons la vérité de l’Évangile et la puissance de l’Esprit remplir notre corps, tout comme la chimiothérapie pénètre tout notre corps. Il y a rarement des solutions rapides et toutes faites dans les problèmes que nous pouvons rencontrer, mais nous pouvons cependant regarder à notre Père puissant, miséricordieux, aimant et suffisant qui nous a aimés au travers de la mort de son Fils au calvaire.

Racheter nos faiblesses signifie que nous ne mettons pas l’accent sur nos difficultés et sur nos péchés. Racheter nos faiblesses signifie que nous soulignons et que nous nous exclamons combien Dieu est bon, miséricordieux et plein de grâce. C’est sa grâce qui nous rend conscients de combien nous avons besoin de lui. C’est sa grâce qui nous pousse à crier vers lui notre dépendance à lui, qui nous pousse à nous détourner du péché et à nous rappeler son amour.

Nous pouvons accepter les difficultés variées que nous rencontrons afin que la puissance de Dieu puisse être révélée. C’est le rappel que nous avons constamment besoin d’avoir. Dieu est suffisant. Dieu est bon. Dieu nous aime. Et Jésus ne nous laissera jamais et ne nous abandonnera jamais. Peu importe combien nous sommes faibles et vulnérables, nous pouvons regarder à Christ dont la grâce est suffisante pour chacun d’entre nous et qui est rendu parfaite dans nos faiblesses (2 Corinthiens 12:9).

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.