Nous savons que les Écritures déclarent que Dieu est un Dieu de grâce, mais beaucoup ont beaucoup de mal à vraiment croire cela. D’autres se demandent à quoi cette grâce ressemble exactement. Si nous prenons au sérieux la justice de Dieu et sa haine du péché, nous pourrions assez vite demander à Dieu, « Est-ce que tu m’aimes encore ? », ou « Comment se fait-il que tu sois si patient avec moi ? », ou encore « Pourquoi ne m’as-tu pas tué après ce que j’ai fait ? »

Tandis que notre haine et notre conscience de notre propre péché augmentent, nous avons un besoin vital d’avoir le point de vue biblique de la grâce de Dieu.  Nous avons besoin que les Écritures nous montrent une image claire de qui Dieu est et de combien il nous aime en Jésus-Christ. Nous avons besoin de voir le Dieu de la Bible qui est si gracieux que cela surpasse notre entendement, nous amenant ainsi à la repentance.

Comment voyons-nous Dieu ?

En Michée 6:6-7, les israélites avaient une vue déformée de Dieu. Dans les versets un à cinq, le Seigneur leur donne un tendre avertissement en leur disant, « Que vous ai-je fait ? »

Il leur rappelle comment il les a délivrés de la main des Égyptiens ainsi que d’autres actions qu’il a effectuées en leur faveur.

Leur réponse dans les versets 6-7 est déroutante, mais malheureusement familière :

Avec quoi me présenterai-je devant l’Éternel, et me prosternerai-je devant le Dieu souverain ? Irai-je au-devant de lui avec des holocaustes, avec des veaux d’un an ? L’Éternel prendra-t-il plaisir à des milliers de béliers, à des myriades de torrents d’huile ? Donnerai-je mon premier-né pour mon forfait, le fruit de mes entrailles pour le péché de mon âme ? (Michée 6:6-7)

Au lieu de répondre avec gratitude, ils se justifient eux-mêmes. Que ce soit de manière volontaire ou non, il donne l’image d’un Dieu qui fait des demandes insensées, qui est cruel et qui est impossible à satisfaire. Le ton dans lequel cette réponse est donnée n’est pas clair. On peut imaginer que la personne est réellement en train de se repentir ou nous pouvons supposer qu’elle est indignée. Leur état d’esprit n’est pas l’objet de cet article. Par contre, ce qui est important ici, c’est de voir que leur vue de Dieu ne correspond pas à la réalité et que je suis bien souvent coupable d’avoir ce même type de vision.

Quand j’étais au collège, avec un cher ami, alors que nous étions en train de confesser nos péchés et de prier, nous avons découvert que nous voyions tous les deux Dieu de la même manière. Nous le voyions comme un Dieu qui était en colère, assis sur son trône et choqué que nous ayons pu encore pécher. Le Dieu que nous imaginions était impatient, en colère et complètement déçu par nous. Nous pensions que notre Père Céleste vivait dans une frustration constante à cause de ses enfants rebelles. Ainsi, quand j’ai récemment lu Michée 6:6-7, je me suis senti proche des israélites.

La grâce de Dieu n’est pas comme la grâce des hommes

Une partie de la manière dont nous voyions la grâce de Dieu vient souvent de nos propres expériences les uns avec les autres. Que ce soit avec un parent, un proche, ou avec les hommes en général, nos expériences personnelles avec des personnes encore dans le péché affectent notre vision du Dieu juste et saint. Nous ne sommes pas familiers avec la grâce, la compassion et la vérité pures sans aucune trace de péché. Humainement parlant, bien que nous ayons pu expérimenter la grâce, nous n’avons jamais rencontré une personne qui ait pu l’incarner parfaitement.

Tandis que je réfléchissais sur combien nous aimons la grâce et faire preuve de grâce, deux choses sont venues à mon esprit quant aux motivations que nous pouvons avoir lorsque nous pardonnons :

  • L’homme naturel peut-être enclin à être gracieux parce qu’il sait (dans une certaine mesure) que lui-même est aussi coupable que la personne qui a besoin de grâce.
  • L’homme naturel pardonne aux autres souvent parce qu’il ne connaît qu’une petite partie de la faute dont l’autre personne s’est rendue coupable.

Il y a certainement davantage de motivations pour être gracieux, mais à partir de ces deux-là nous découvrons deux facteurs qui jouent un rôle très important dans notre capacité à pardonner, et qui sont notre propre péché et notre ignorance.

une grâce surprenante

Et tandis que je réfléchissais sur ces deux facteurs, j’ai été surpris par la grâce de Dieu. Quand Dieu pardonne, cela n’est jamais motivé par son propre péché ou par son ignorance. Il est un Dieu saint et juste, complètement pur de tout péché, entièrement bon et aimant. Il n’a jamais fait une erreur et fait tout sans jamais se tromper. Il est parfait dans toutes ses voies. S’il était un docteur, il ne perdrait jamais un patient. S’il était un avocat, il ne perdrait jamais une affaire. Il est impossible de sonder à quel point il est pur et sans fautes.

Cependant, quand nous, ses enfants prodigues pécheurs et rebelles, nous lui crachons au visage, nous nous vautrons dans le péché, et attristons son Esprit, il nous appelle à la repentance avec des bras ouverts en nous disant, « Viens mon enfant bien-aimé ».

Il n’ignore aucun de nos péchés. Il est conscient de tout ce que nous avons pu faire de mal et est cependant capable de l’endurer. Sa connaissance de qui nous sommes réellement ne sera jamais un obstacle pour son amour pour nous. Il est même conscient du mal qui se cache derrière nos actions justes en apparence. Cette intimité avec laquelle le Seigneur nous connaît et est cependant capable de nous prendre dans ses bras pleins d’amour est quelque chose de surnaturel. La grâce de Dieu est quelque chose qui dépasse tout ce que nous pouvons connaître. À chaque fois que je pense à cette réalité, j’en viens aux larmes parce que je sers un Dieu dont l’amour et la grâce me dépassent complètement.

Connaître la grâce de Dieu au travers des Écritures

Au travers des Écritures, le message de la grâce est proclamé. Notre Dieu est « miséricordieux et compatissant, lent à la colère, abondant en grâce et en fidélité, qui conserve sa grâce jusqu’à mille générations, qui pardonne l’iniquité, le crime et le péché » (Exode 34:6-7). Sa grâce est quelque chose de caractéristique à la foi chrétienne. Aucune autre religion ne souligne la grâce divine comme la Bible le fait.

C’est pourquoi lire la Bible et communier avec Dieu sont des choses essentielles pour que le chrétien grandisse. Moins nous lisons la Bible et prions notre Père, et plus notre vue de Dieu devient incertaine et confuse. Si vous voulez être complètement ébloui par la grâce de Dieu, lisez votre Bible.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.