C’est peut-être quelque chose de vrai à chaque moment de l’histoire dans un monde dirigé par Dieu et perverti par le péché. C’était vrai en 1856, et c’est vrai aujourd’hui.

C’était le meilleur et le pire de tous les temps, le siècle de la folie et celui de la sagesse ; une époque de foi et d’incrédulité ; une période de lumières et de ténèbres, d’espérance et de désespoir, où l’on avait devant soi l’horizon le plus brillant, la nuit la plus profonde ; où l’on allait droit au ciel et tout droit en enfer. Bref, c’était un siècle si semblable au nôtre, que, suivant l’opinion des autorités les plus marquantes, on ne peut en parler qu’au superlatif, soit en bien, soit en mal.

L’auteur faisait alors référence à 1775, l’époque de la Révolution Française. Mais le point qu’il voulait souligner, c’était que cette époque ressemblait à son époque en 1869. Au milieu de ce dix-neuvième siècle, « c’était le meilleur et le pire de tous les temps ».

En 1859, Charles Spurgeon était âgé de 25 ans, George Müller de 54 ans, Hudson Taylor de 27 ans. Charles Darwin avait 50 ans, John Stuart Mill 53 ans et Friedrich Nietzsche 53 ans.

Rébellion et Réveil

Dieu était puissamment à l’oeuvre en 1859. Dans China’s Milllions, le livre le plus complet sur l’histoire de la Mission Intérieure de Chine, Alvyn Austin écrit,

En 1859, alors que Hudson Taylor était encore en Chine [son premier voyage missionaire avant de fonder la Mission Intérieure de Chine], un réveil éclata en Irlande du Nord qui conduisit à un tel mouvement religieux dans l’histoire britannique qu’il fut appelé le Réveil de 59. Bien que Taylor avait manqué la première partie de ce réveil, il arriva en Angleterre à temps pour en récolter ses bénéfices. Comme J. Edwin Orr le nota, « il y a des raisons de croire qu’une grande partie des premiers missionnaires de la Mission Intérieure de Chine fut composée de convertis et de personnes qui ont oeuvré dans ce réveil de 1859 ». Il est généralement admis que « quelque chose se passa » en 1859-1860, et les effets de ce quelque chose continuèrent à avoir de l’effet jusqu’à la fin du siècle.

Les merveilleux ministères de Spurgeon, Müller et Taylor surfaient sur la vague du travail extraordinaire de Dieu à cette époque. C’était le meilleur moment de l’histoire.

Mais d’autres choses arrivèrent en 1859. Charles Darwin publiait « Sur l’origine des espèces », et John Stuart Mill, l’athéiste, publiait son essai « Sur la liberté ».

Ainsi, alors qu’un mouvement séculier allait grandissant dans les domaines de la science et de la politique, alors que le matérialisme s’accentuait au travers de la révolution industrielle, alors qu’une grande confiance en l’homme s’installait tout en rejetant Dieu, il y avait dans le même temps un réveil incroyable et de grandes avancées dans l’Évangile de Jésus-Christ. C’était le meilleur et le pire de tous les temps.

Le bon

La même chose pourrait être dite aujourd’hui. C’est le meilleur et le pire de tous les temps.

Par exemple, l’historien Mark Noll fait remarquer,

« En un mot, l’église chrétienne a connu dans les cinquante dernières années une expansion géographique plus importante que dans n’importe quel autre moment dans l’histoire à l’exception des premières années de la chrétienté. » (The New Shape of World Christianity, 20)

Il donne quelques exemples très concrets :

  • Au début du 20ème siècle, environ 71% des chrétiens vivaient en Europe. À la fin du 20ème siècle, ce nombre s’est réduit à 28%. Maintenant 42% des chrétiens vivent en Amérique Latine et en Afrique.
  • En 1900, l’Afrique comptait 10 millions de chrétiens, ce qui représentait environ 10% de la population. En 2000, les chrétiens étaient 360 millions, représentant environ la moitié de la population. Ceci est probablement le mouvement le plus large qui ait jamais été vu dans le monde.
  • Il y a 17 millions de personnes baptisées dans l’église anglicane au Niger comparé aux 2.8 millions aux USA.
  • Le nombre de chrétiens pratiquants en Chine est en train de se rapprocher de celui des USA.
  • Il y a plus de chrétiens dans les églises le dimanche au Kenya qu’au Canada.
  • La semaine dernière en Grande-Bretagne, au moins 15000 chrétiens étrangers missionnaires ont mené des actions d’évangélisation. La plupart d’entre eux venaient d’Afrique et d’Asie.

C’est le meilleur moment de l’histoire dans le monde chrétien.

Le mauvais

Vraiment ? Noll conclut,

Est-ce que l’histoire récente du christianisme n’est-elle pas en train de dire : Dieu est dans les cieux, et tout va bien dans le monde ? Pas exactement. Si notre époque est devenu la meilleure des époques, elle reste également la pire. […] Le nombre croissant de personnes qui se tournent vers Christ dans les pays du Sud constituent quelque chose d’extraordinaire dans l’histoire, mais …

Le terrorisme, Daech, l’hypocrisie, l’impérialisme colonial, le racisme, le matérialisme et le genre de décadence dans les pays occidentaux qui changent les choses honteuses en choses glorieuses avec une audace sans précédent : appeler un mariage une union entre deux hommes, appeler un homme une femme parce qu’il veut être une femme, appeler les jambes et les bras et les coeurs de bébé « un tissu foetal » pour être vendu au plus offrant.

C’est le pire moment. Et c’est le meilleur moment.

Le meilleur et le pire aujourd’hui

Au cours de ma vie, j’ai vu un réveil glorieux et surprenant pour la souveraineté de Dieu et pour son puissant évangile. Des milliers d’églises, de séminaires, d’universités, de maisons d’édition, de magasines, de livres, de vidéos, de sites internet, de programmes radio, de programmes missionnaires, d’artistes musicaux (du classique au rap), de ministères auprès des campus et dans les villes, de centres de conseils, de mouvements pro-vie ont pris naissance avec dans cette dynamique d’être centré sur Dieu, de glorifier Christ, d’être rempli de la Parole de Dieu, d’avoir un courage missionnaire ainsi qu’une passion pour l’harmonie entre les races et une théologie réformée solide. Et aucune de toutes ces choses n’est limitée à une nation ou un groupe de personne. C’est le meilleur de tous les temps.

De l’autre côté, j’ai été témoin d’une éviscération du nom historique « évangélique » pour n’être plus qu’une agglomération vide de sens de personnes dont l’identité « évangélique » se résume à avoir eut des grands-parents qui ont un jour cru ce que les réformés croyaient. J’ai vu les dénominations principales du protestantisme perdre leur capacité à sauver des âmes pour n’avoir plus que de faibles impacts au niveau culturel. J’ai vu une montée d’églises et de ministères gigantesques prêchant et exportant aux nations pauvres un « évangile » de prospérité qui passe sous silence les enseignements bibliques sur la souffrance et qui réduit la gloire de l’Évangile à une amélioration de notre vie humaine basée sur nos attitudes plutôt que sur la croix de Christ.

Et je pourrais encore citer : la montée d’une génération qui connaît peu la Bible, la disparition de la présence de Dieu dans la louange, la glorification du loisir, l’explosion de la pornographie, l’indifférence des églises à la justice pour tous les groupes ethniques, la disparition de quartiers entiers au profit d’une culture de la drogue, la dislocation de la famille au travers de la valorisation du sexe avant le mariage, de la facilité à divorcer et de l’absence de pères responsables. Nous pourrions également citer la montée de leaders politiques, qui au lieu de tenir ferme contre toutes ces désintégrations, ressemblent plus à des pom-pom girl.

C’est le pire et le meilleur de tous les temps.

Comment vivre dans une époque comme la nôtre

Que faire alors ?

1. Ne présumez jamais qu’une tendance spécifique, bonne ou mauvaise, est fixée et ne peut être changée. De toute évidence, Dieu aime agir de manière surprenante dans des périodes difficiles et improbables.

C’est une des implications de l’histoire des Rois et des Chroniques dans l’Ancien Testament. Même de grands et de bons rois sont parfois suivis par des monstres. Et des rois pervers peuvent avoir des fils très pieux. Josias était le fils et le petit-fils des deux rois les plus pervers (Manassé et Amon). Il est devenu roi à huit ans. À l’âge de seize ans, il a complètement chamboulé la nation par une bonne réforme en profondeur (2 Chroniques 34:1-4). C’est imprévisible. Cela peut arriver à n’importe quel moment, car Dieu est souverain.

2. Ayez confiance dans la souveraineté de Dieu afin d’utiliser la folie des nations pour servir ses objectifs.

Face à une opposition mortelle, l’Église primitive a prié avec les paroles du psaume 2, « Pourquoi les nations sont-elles en rumeur, et pourquoi les peuples projettent-ils des choses vaines? » (Actes 4:25). En vain ? N’ont-ils pas réussi à tuer Jésus ?

Oui. Mais qu’ont-ils véritablement réussi à accomplir ? La prière continue ainsi :

En effet, Hérode et Ponce-Pilate, avec les Gentils et le peuple d’Israël, se sont assemblés contre ton saint Fils Jésus, que tu as oint, pour faire toutes les choses que ta main et ton conseil avaient décidé d’avance devoir être faites. (Actes 4:27-28)

Ils ont projeté des choses en vain contre le Seigneur et contre son oint parce que, dans toute leur furie, ils ont simplement accompli ce que le Seigneur avait planifié, à savoir sauver le monde.

3. Travaillons afin d’ouvrir les esprits et les consciences des plus jeunes que la Parole de Dieu est infaillible, glorieuse, pénétrante, invincible et qu’elle arrive toujours en son temps.

Car la parole de Dieu est vivante, et efficace, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, perçant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles, et jugeant des pensées et des intentions du coeur. (Hébreux 4:12)

Je souffre jusqu’à être lié comme un malfaiteur, mais la parole de Dieu n’est point liée. (2 Timothée 2:8-9)

4. Et, comme le dit l’apôtre Pierre, « que ceux donc qui souffrent par la volonté de Dieu, lui recommandent leurs âmes, comme à un Créateur fidèle, en faisant le bien » (1 Pierre 4:19).

Soyez prêts à souffrir pour le nom de Christ. Soyez plein de confiance dans la grâce de Christ. Faites le bien par la puissance de Christ. Il règne sur ce monde ravagé par le péché.

C’est le pire, mais également le meilleur de tous les temps.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.