Connaissez-vous vos voisins ? Je vous parle des personnes qui vivent juste à votre droite ou à votre gauche, ceux qui vivent en face de vous, derrière votre jardin ou dans le couloir en face de vous ? Si vous connaissez leur nom, les statistiques disent que vous êtes un cas à part dans l’Amérique d’aujourd’hui.

Mais à quel point les connaissez-vous ?

Que font-ils comme travail ? Qu’est-ce qu’ils aiment faire le weekend ? Quelles sont les choses importantes pour eux ? Qu’est-ce qui les rend heureux ? Quelles sont leurs peurs et leurs luttes ? Quelle est la chose la plus significative qui leur est arrivée au cours de cette année passée ? Que pense-t-il de Jésus ?

Des questions somme toute assez basiques, non ?

La technologie a accompli des miracles en nous connectant à des personnes à travers tout le pays et même du monde, mais elle a également réussi à mettre des kilomètres de distance avec les personnes qui sont juste à côté de nous. La plupart d’entre nous vivent à moins de 20m de la porte d’entrée de nos voisins, et pourtant nous vivons comme si nous étions à des kilomètres d’eux. La technologie, les portes de garage automatiques, la climatisation, Amazon, les smartphones et Netflix, ont fait que nos voisins nous sont totalement étrangers.

Une étude récente conclut,

Les Américains passent de manière significative moins de temps avec leurs voisins. Dans les années 70, environ 30% des Américains passaient du temps avec leurs voisins de manière régulière, et 20% n’avaient aucune interaction avec eux. Aujourd’hui, ces proportions se sont inversées.

En 2013, Trulia, faisant référence à une étude qui a analysé les interactions entre les voisins en Amérique, concluait que la moitié d’entre eux ne connaissait pas le nom de leur voisin.

Les relations qui autrefois paraissaient normales et naturelles sont devenues rares et parfois même gênantes. En tant que personnes qui ont été chargées par Dieu « d’aller et de faire des disciples de toutes les nations » (Matthieu 28:19), cette tendance à nous isoler les uns des autres et à éviter des interactions directes devrait nous préoccuper. En effet, ces relations sont un moyen particulièrement efficace pour annoncer la bonne nouvelle et pour communiquer l’espoir, la vie et le bonheur.

Penser à votre voisinage

Dieu vous a placé sur la terre et dans votre voisinage afin que vous, ainsi que tous ceux qui vous entourent puissent le voir lui. C’est la mission que Dieu vous a confiée, peu importe l’endroit où vous habitez, peu importe le nombre de chrétiens qui sont autour de vous. Paul a dit que Dieu « a fait d’un seul sang toutes les races des hommes, pour habiter sur toute la face de la terre, ayant déterminé la durée précise et les bornes de leur habitation, pour chercher le Seigneur, pour voir si en le cherchant à tâtons, ils le trouveraient, quoiqu’il ne soit pas loin de chacun de nous » (Actes 17:26-27).

Dieu a déterminé votre lieu d’habitation — votre maison, dans votre voisinage, dans votre ville, dans votre pays — afin que vous puissiez le chercher et aider les autres à faire de même. Certes, il n’est pas impossible pour Dieu de vous utiliser pour convertir une personne lors d’une rencontre anodine avec un étranger. Cependant, les amitiés que nous pouvons avoir sont des moyens particulièrement efficaces pour faire des disciples. Ces amitiés demandent que l’on ait des intérêts en commun, des hobbies en commun ou tout simplement que nous vivions proches les uns des autres. Même l’apôtre Paul, qui était souvent en voyage, trouvait le temps pour avoir ce genre de relations (1 Thessaloniciens 2:8 ; Romains 1:11 ; Philippiens 4:1 ; 2 Timothée 1:4).

Des amitiés à l’ancienne

Ne vous attendez pas à ce que les personnes répondent la première fois que vous sonnez à leur porte. Le feriez-vous ? Mais ne vous laissez pas décourager par cela non plus. Ils vous demanderont immédiatement si vous avez quelque chose à vendre. Mais comme ce n’est pas le cas, vous n’avez rien à craindre. Continuez à les saluer, continuez à frapper à leur porte, continuez à les inviter, jusqu’à ce qu’ils sachent que vous êtes uniquement là parce que vous les aimez. Soyez ce gars étrange mais amical qui aime les relations à l’ancienne. Vous pourriez être surpris de voir à quel point les personnes qui sont autour de vous demandent ce genre d’interactions.

De manière ironique, être un voisin amical fera de vous un gars étrange au premier abord. Vous serez traité de bizarre. Et dans cette bizarrerie, vous aurez cette occasion de rendre témoignage de Jésus. De cette manière, même si les relations entre voisins sont devenues plus maladroites, témoigner est devenu de manière étrange plus facile, justement parce que cet effort pour créer des relations est encore plus étrange.

Créer des amitiés avec des voisins est un art perdu qui est cependant critique afin de pouvoir aimer les perdus. Quand Dieu vous a placé où vous êtes actuellement, il a voulu que vous soyez des témoins devant des personnes réelles. « Vous recevrez la puissance du Saint-Esprit, qui viendra sur vous; et vous me servirez de témoins, tant à Jérusalem que dans toute la Judée, et la Samarie, » et à Paris, à Lille, à Lyon, « et jusqu’aux extrémités de la terre. » (Actes 1:8). Être ce genre de témoins, en parole et en exemple, demande un investissement dans le temps. Cela demande de créer des amitiés au nom de Jésus.

Cela commence par un nom

Commencez par quelque chose de simple : Apprenez (et souvenez-vous) de leurs noms. Le nom est une petite chose, mais c’est une chose cruciale. C’est la chose la plus basique dans une amitié. Quand vous vous souvenez du nom d’une personne, cela en dit beaucoup sur le fait que vous vous souciez ou non d’elle (et malheureusement la plupart des personnes dans le voisinage ne s’en soucient pas). Écrivez leur nom quelque part où vous pourrez le voir, comme sur une liste de prière, et priez pour eux.

Au fur et à mesure que vous avez des opportunités pour échanger avec eux, posez des questions et essayez de vous souvenir de détails ici et là. Vous pourriez commencer avec la série de questions que j’ai posées en introduction, mais ne vous enfermez pas dans une série de questions. Cherchez les choses dont ils aiment parler et laissez-vous entraîner sur ce chemin aussi loin qu’ils veulent vous y emmener. La chose qui est vraiment contre-culturelle et pleine d’amour dans ce monde individualiste est de se souvenir des choses qui nous ont été partagées et d’être capable de les ressortir quand cela est opportun.

  • S’ils aiment un sport particulier ou une équipe, posez-leur plus de questions par la suite ou même invitez-les pour un match.
  • S’ils aiment jardiner et qu’ils ont des fleurs dans toute leur maison, déposez-leur des fleurs.
  • S’ils regardent beaucoup de films sur Netflix, pensez à planifier une soirée cinéma avec eux.
  • S’ils aiment manger, emmenez-les dans un restaurant pittoresque et peu connu.
  • S’ils ont des enfants, proposez-leur de garder leurs enfants afin qu’ils puissent avec une soirée en couple.

Le test que Jésus donne en Luc 6:45 — « c’est de l’abondance du coeur que la bouche parle » – peut être utilisé pour révéler les choses mauvaises, mais également pour construire des ponts pour communiquer l’évangile. Les gens parlent de ce qu’ils aiment. Écoutez attentivement et orientez cet amour pour les diriger vers Jésus.

Il n’est jamais trop tard pour être un meilleur voisin. Cela peut être maladroit dans un premier temps, mais les résultats peuvent avoir un impact éternel. Faites le premier pas dans leur direction – ils ne sont pas si loin que cela – et ayez confiance que Dieu surmontera votre propre faiblesse et les errements de notre société afin d’amener son peuple à lui.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.