Quand j’avais 22 ans, j’ai travaillé dans une petite compagnie où un vendeur plus âgé se vantait devant moi de tromper ses clients. J’ai fait part de mes inquiétudes à propos de cet homme, et cela est remonté jusqu’au propriétaire, qui un jour a décidé de me donner quelque bon et sage conseil de père. Il m’a dit, « Tu sais, quand j’avais ton âge, je voyais également les choses en noir et blanc. Mais en grandissant, j’ai appris que les choses étaient principalement faites de nuances de gris. »

Il était vrai que j’étais jeune, inexpérimenté, et naïf sur beaucoup de sujets. J’ai maintenant à peu près l’âge que ce propriétaire avait à l’époque, et je comprends mieux les complexités, les ambiguïtés et les difficultés de la vie. Je suis, sur de nombreux points, beaucoup moins dogmatiques que je ne l’étais à l’époque.

Mais mon avis n’a pas changé sur la tromperie.

Le danger d’une vision obscurcie

Maintenant âgé de 50 ans, il est aussi clair pour moi que cela n’était à l’époque, que les « nuances de gris » auquel le propriétaire faisait référence n’étaient en rien de la sagesse, mais de prétendues jolies paroles pour justifier un compromis. La tromperie n’est pas faite de nuance de gris, c’est tout simplement du vol et du mensonge. Si le client trompé avait pris part à notre conversation, le soi-disant « gris » lui aurait paru bien noir, tout comme pour le juge, si une action légale avait été intentée.

Qu’était-il arrivé à cet homme pour que sa morale s’effiloche au fil du temps ? Ce n’est pas un mystère, nous savons tous ce qui s’est passé. Il y a d’abord eu un compromis, puis un autre, et encore un autre, jusqu’à ce que petit à petit, son égoïsme et son avarice prennent le pas sur son intégrité. De petites doses de compromis avaient affaibli sa solide morale. Il n’avait pas gagné de la sagesse avec le temps, il avait perdu de ses convictions morales.

À ma connaissance, le propriétaire n’était pas un chrétien, il est donc probable que l’aveuglement dont il est parlé en 2 Corinthiens 4:4 était probablement à l’oeuvre chez lui. Mais les chrétiens ne sont pas immunisés contre une telle atrophie. Jésus a fait des reproches à l’église de Laodicée à cause de cela (Apocalypse 3:14-22). Une chose semblable a également dû être à l’oeuvre dans Demas (2 Timothée 4:10). Nous connaissons tous des personnes que nous aimons qui autrefois avaient une vision claire qui s’est ensuite obscurcie avec le temps. Nous avons également tous vu ces effets en nous-mêmes. C’est un danger qui nous menace sans cesse.

La prescription de Jésus contre cette cataracte spirituelle

Que faire quand nous voyons ce compromis à l’oeuvre dans nos vies ou dans ceux que nous aimons ? La prescription de Jésus est vraiment toute simple : « Aie du zèle, et repens-toi » (Apocalypse 3:19). Dans un moment comme celui-ci, nous ne pouvons pas avoir confiance dans l’état dans lequel nous pensons être. Les chrétiens de Laodicé, à qui Jésus adresse cette exhortation, n’étaient pas zélés. Ils étaient « tièdes » (Apocalypse 3:15-16). Ils étaient mondains, satisfaits de leur état et ne ressentaient aucune urgence vis-à-vis de leur condition. La solution alors ? Prendre ces choses au sérieux et se repentir.

La simplicité de ce remède devrait nous remplir d’espérance. Cette vision morale affaiblie peut être guérie, et peut-être beaucoup plus rapidement qu’on ne pourrait le croire. Les effets anesthésiants du compromis peuvent se dissiper rapidement, comme un homme qui se réveillerait d’une sieste en sentant le sel de la repentance.

Tandis que nous devenons plus matures et plus conscients des complexités de la vie, les effets de cette exhortation devraient nous mener à avoir moins de cette autojustification et de cette confiance en soi mal placée, mais pas moins de convictions à propos des vérités fondamentales. Avancer en âge devrait produire en nous une patience et une douceur toujours plus grande et non pas atrophier notre morale. Nous devons perdre notre orgueil, mais pas notre droiture.

La vérité ne devient pas grise avec le temps. Mais notre vue peut s’affaiblir à cause de compromis. Si nous voyons que cela nous arrive, Jésus a une bonne nouvelle pour nous : Il a un traitement pour nos yeux afin que nous puissions bien voir encore (Apocalypse 3:18). Et il donnera ce traitement à celui qui est zélé et qui se repent.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.