Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Déclaration d’indépendance

Ce sont peut-être les paroles les plus connus dans l’histoire de l’humanité. Écrite en 1776 et signée par les pères de notre nation, la Déclaration d’Indépendance est considérée par les historiens comme un tournant non seulement dans l’histoire américaine, mais également dans l’histoire de l’humanité. Jamais auparavant un gouvernement n’avait été établi autour de tels principes et croyances.

L’idée que les citoyens possèdent des droits inaliénables – la vie, la liberté et la recherche du bonheur – était auparavant quelque chose d’inconnu. Ceux-ci étaient des droits, selon les pères de notre nation, que l’homme n’avait pas donné et que l’homme n’avait aucun droit de retirer, parce que le Créateur nous les avait accordés.

Malheureusement, l’Amérique n’a pas vraiment vécu selon ses principes. Pendant les presque deux cents ans qui ont suivi la signature de ce document, l’esclavage basé sur la couleur de la peau était légal aux États-Unis et les femmes également étaient traitées comme des êtres inférieurs aux hommes. Cette partie de l’histoire m’a toujours interpellé quand j’étais plus jeune. Comment un pays pouvait-il déclarer l’égalité entre les hommes et les femmes, et dans le même temps, approuver des lois qui contredisent totalement ce principe ?

La vie et les Écritures m’ont également enseigné que quelquefois notre conduite contredit ce que nous croyons.

Une vie inconsistante

Quand je suis devenu calviniste il y a de cela quelques années, je croyais qu’une meilleure compréhension de Dieu et des Écritures éradiqueraient automatiquement certains péchés dans l’église. Je pensais que les scandales, les addictions et les graves péchés que j’avais pu constater encore et encore dans le milieu dans lequel j’étais auparavant (milieu qui prêchait la prospérité et qui n’était pas calviniste) ne seraient plus présents maintenant que j’étais dans le cercle des réformés. « Ces hommes seront différents », pensais-je innocemment.

Mais finalement, un scandale a fini par éclater. Et à l’époque, j’étais complément abasourdi par cela. J’ai pleuré pendant des heures la première fois que cela est arrivé. Et puis, les uns après les autres, plusieurs autres hommes que j’estimais, aussi bien au niveau local qu’au niveau national, sont tombés dans de graves péchés, quand bien même ils avaient une connaissance théologique solide. Quelques-unes de ces histoires ont même fait la une à l’échelle du pays. Mais je crois que chaque croyant peut saisir ce qui s’est passé. Nous savons tous très bien et nous avons tous déjà expérimenté des moments où notre conduite est en décalage avec ce que nous croyons.

Si j’avais regardé plus attentivement en moi-même, je n’aurais pas eu besoin d’avoir ces scandales locaux et nationaux, pour me montrer que quelquefois, des chrétiens qui aiment véritablement Jésus, ne vivent pas toujours en accord avec ce qu’ils croient. Ma propre vie atteste cette réalité. Et les Écritures nous montrent à de nombreuses reprises des personnes attachées à Dieu, mais dont la conduite contredisait leur croyance.

L’exemple le plus flagrant est celui de David. La Bible le décrit comme étant un homme selon le coeur de Dieu (1 Samuel 13:14), alors même qu’il a commis un adultère, et qu’il a ensuite assassiné son mari.

Un exemple peut-être un peu moins scandaleux est l’attitude de Pierre en Galates 2:12-21. Pierre connaissait Jésus, il avait fait partie du cercle restreint avec lequel Jésus a vécu sur la terre. Il était un apôtre, il a écrit sous l’inspiration du Saint-Esprit. Mais Paul a dû s’opposer à lui. Pourquoi ? Parce que sa conduite était répréhensible. Même s’il savait que la justification se faisait uniquement par la foi en Christ, sans les oeuvres de la loi, son comportement a complètement été à l’opposé ce qu’il savait comme étant la vérité. Paul dit littéralement qu’il ne marchait pas droit selon la vérité de l’Évangile (Galates 2:14). Personne ne peut nier que Pierre, l’auteur de deux épîtres dans la Bible, avait une grande connaissance de l’Évangile. Et cependant, même Pierre a trahi ce qu’il savait être vrai.

La connaissance seule n’est pas suffisante

Que nos péchés soient privés ou publics, scandaleux ou en apparence respectables, les chrétiens sont des hommes et des femmes avec des faiblesses et qui possèdent des désirs qui rentrent en conflit avec ce qu’ils savent être vrais. C’est pourquoi des hommes et des femmes qui savent que Jésus est quelque chose de meilleur que la pornographie et la fornication vont tout de même choisir l’immoralité sexuelle au lieu de Jésus. C’est pourquoi des hommes et des femmes qui savent que le mariage devrait être « honorable en toutes choses, et le lit sans souillure » (Hébreux 13:4), commettent tout de même des adultères. C’est pourquoi des pasteurs qui savent que « l’orgueil va devant l’écrasement, et la fierté d’esprit devant la ruine « (Proverbes 16:18), refusent tout de même de marcher dans l’humilité. C’est pourquoi des chrétiens qui chantent « Jésus est Seigneur », peuvent proclamer au travers de leur vie que c’est eux-mêmes qui sont seigneurs de leur vie.

Trop souvent nous essayons de croitre en maturité en augmentant notre connaissance. Bien que cela puisse impressionner les hommes, cela dit souvent peu de chose sur ce qui se passe réellement dans notre coeur. Quand nous cherchons uniquement à avoir une bonne doctrine pour démontrer notre maturité, nous sommes peut-être en train de faire quelque chose qui soit plus démoniaque qu’autre chose (Jacques 2:19). Un esprit rempli de bonne théologie devient démoniaque quand sa vie contredit de manière régulière sa confession. Le savoir seul, bien qu’il soit important, n’est pas une preuve suffisante de notre maturité. Ce n’est pas suffisant de savoir des choses sur Dieu, nous avons besoin de connaître Dieu.

Connaître Dieu

Quand je pense aux pères de notre nation et aux années d’injustice qui ont suivi la signature de ce formidable document, je ne suis plus troublé par cette hypocrisie évidente. Tout comme ceux-ci ont reconnu que nous avons reçu des droits inaliénables, nous devons également reconnaître que notre père Adam nous transmit cette terrible maladie qu’est le péché. Ainsi, la connaissance seule n’est pas suffisante pour changer le dur coeur humain. Nous avons besoin de connaître Dieu lui-même afin que nous puissions être véritablement changés.

Et tandis que nous luttons avec le péché et avec nos mauvais désirs, nous devons nous tourner vers les Écritures, non pas uniquement afin d’avoir une meilleure théologie, mais afin de connaître Dieu et d’être connu de lui et travaillé par lui et par sa parole. Si nous voulons connaître une personne célèbre et être connus d’elle, lire leur autobiographie est insuffisant, car nous n’avons pas cette intimité avec la personne. Or, la Bible n’est pas une autobiographie. C’est une invitation à rentrer dans une intimité avec le Créateur qui se révèle à nous à travers elle et qui nous pousse à interagir avec lui au travers de la prière.

Avez-vous une bonne théologie ?

En réponse à la question, « pourquoi des docteurs en théologie peuvent commettre un adultère ? », John Piper dit,

Ils ne connaissent pas Dieu. Ils ne connaissent pas Dieu pour qui il est – infiniment précieux, infiniment beau, infiniment satisfaisant – comme étant celui pour lequel notre âme est faite. Il y a un rassasiement de joie devant sa face, et des délices à sa droite pour jamais, plus que vous ne pourrez jamais en avoir au travers de dix milles aventures ou expériences sexeulles. Si vous savez cela, le péché perd alors sa domination sur vous.

Quand nous comprenons que notre libération vient au travers d’une personne et non pas au travers d’un système d’idées ou de principes, alors la manière dont nous considérons nos échecs, notre culpabilité et nos addictions deviennent radicalement différentes. Nous arrêtons alors de nous changer nous-mêmes au travers du légalisme et de notre volonté propre, et au contraire, nous nous tournons vers la personne de Jésus-Christ et son oeuvre à la croix.

La seule manière de connaître réellement Jésus-Christ est par le moyen des Écritures sous l’illumination de l’Esprit. L’Esprit nous aide à voir la bonté de Dieu, la joie et les plaisirs qu’il veut nous donner. Tous nos efforts pour aimer et chérir Dieu échoueront lamentablement à moins que l’Esprit nous donne des yeux pour voir. Et tandis que nous assimilons ce que le Saint-Esprit nous enseigne au travers des Écritures, nous démontrons notre théologie. C’est pourquoi une bonne théologie doit également être remplie de l’Esprit, humble et consistante avec notre vie.

La doctrine et la théologie que nous étudions doivent façonner la vie que nous vivons. Si nous étudions afin d’impressionner les gens avec nos idées et nos mots compliqués sur les réseaux sociaux, la théologie ne pourra jamais nous changer. Si les pasteurs lisent uniquement la Bible afin de garder leur travail et ne sont pas en train de supplier Dieu de les changer par ce qu’ils lisent, ils resteront toujours dans leurs péchés.

Quand nous lisons les Écritures et que nous étudions la théologie, chacun d’entre nous doit demander à Dieu de briser notre coeur et de nous donner des yeux pour voir afin que sa vérité puisse radicalement changer notre vie. Notre but quand nous étudions les Écritures doit toujours être d’avoir une relation plus intime avec le Père. Ainsi quand nous contemplons les grandes vérités au sujet de la personne de Christ et de ce qu’il a accompli, nous n’oublierons pas que ces vérités existent pour notre propre liberté et pour la gloire de Dieu.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.