Se sentir béni est à la mode.

Après un rapide regard sur Facebook ou Twitter, nous pouvons voir combien de nombreuses personnes se sentent bénies aujourd’hui. Dans notre monde connecté, dire que vous êtes bénis peut être une manière de se vanter tout en essayant de paraître humble.

Vous avez obtenu une entrée dans une école prestigieuse ? Vous êtes bénis. Vous avez reçu une augmentation ? Vous êtes bénis. Vous avez une famille formidable ? Vous êtes bénis.

En tant que chrétiens, nous utilisons ce terme également. Nous prions Dieu qu’il bénisse notre famille. Nous attribuons les grâces imméritées que nous recevons comme des « bénédictions de Dieu ». Nous parlons de ministères bénis. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Comment devrions-nous comprendre la bénédiction de Dieu ?

Une bonne vie

Pour les croyants, est-ce qu’une vie bénie est synonyme d’une vie pleine de succès ? Est-ce cela la version chrétienne d’une bonne vie ? Un bon mariage, des enfants obéissants, un ministère fructueux, un corps en bonne santé, une carrière réussie, des amis de confiance, des finances abondantes. Si ce sont là les caractéristiques d’une vie bénie, alors avoir toutes ces choses à la fois doit être extraordinaire.

Mais est-ce vraiment le cas ? Si quelqu’un avait effectivement toutes ces choses, serait-il extraordinairement béni ?

Le problème serait qu’il aurait alors tendance à se sentir fier et autosuffisant plutôt qu’à être poussé à se tourner vers Dieu. Il y aurait certainement dans son coeur un peu de propre justice. Après tout, s’il a autant travaillé, il est normal qu’il recueille tous ces bons fruits.

De plus, il n’aurait pas besoin de crier à Dieu pour être délivré, puisque tout serait déjà parfait. Il n’aurait pas besoin de faire confiance à Dieu, puisqu’il pourrait avoir confiance en lui-même. Il n’aurait pas besoin que Dieu le remplisse, puisqu’il serait déjà entièrement satisfait.

Les plus grandes bénédictions de Dieu

Mon désir de Dieu est souvent alimenté par mon besoin de lui. Et ce sont dans les domaines qui ne vont pas si bien, que je ressens le plus de besoins. Ce sont mes désirs qui ne sont pas encore satisfaits qui me gardent à genoux devant lui, qui approfondissent ma vie de prière et qui me poussent à compter sur les promesses de Dieu dans la Bible.

Les bénédictions terrestres sont temporaires, elles peuvent toutes s’évanouir très rapidement. Toutes les bénédictions de Job ont disparu en un seul jour. J’ai également connu une complète désintégration de ma vie en quelques semaines. Mon mariage s’est disloqué. Mes enfants se sont rebellés. Ma santé s’est effondrée. Ma famille s’est déchirée. Mes rêves se sont envolés.

Et cependant, au milieu de tous ces événements douloureux, j’ai pu expérimenter les plus grandes bénédictions de Dieu. J’ai reçu une plus grande foi, un amour plus profond, une marche plus intime avec le Seigneur. Mes épreuves ont affermi ma foi d’une manière plus solide et que ma prospérité et mon abondance passées ne l’avaient jamais fait.

Bien que les épreuves ne sont pas en elles-mêmes des bénédictions, elles sont des moyens pour y parvenir. Comme Laura Story demande dans sa chanson « Blessings » (Bénédictions), « Et si vos bénédictions venaient au travers de la pluie ? Et si les épreuves de votre vie – la pluie, les orages et les tempêtes – étaient au final des grâces déguisées ? »

Cette idée révolutionnaire est largement reprise par les Écritures.

La véritable signification

Une des traductions du Nouveau Testament (ESV) possède 112 références pour les mots « béni » et « bénédiction » (traduit parfois en français par heureux), et aucune d’entre elles ne fait référence à une prospérité matérielle.

Considérez les passages suivants :

« Heureux les pauvres en esprit […] Heureux ceux qui sont dans l’affliction […] Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice […] Vous serez heureux lorsqu’à cause de moi on vous dira des injures, qu’on vous persécutera […] » (Matthieu 5:3-11).

« Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique ! » (Luc 11:28).

« Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées, et les péchés couverts ! » (Romains 4:7, Psaume 32:1).

« Heureux est l’homme qui endure la tentation » (Jacques 1:12).

« Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! […] Heureux ceux qui sont appelés au banquet des noces de l’Agneau ! » (Apocalypse 14:13, 19:9)

Dans le Nouveau Testament, il n’est jamais fait référence de prospérité matérielle ou circonstances parfaites. Au contraire, la bénédiction est souvent liée au fait d’être pauvre et éprouvé ou au bienfait spirituel d’être uni à Christ par la foi.

Un commentaire biblique nous dit, « Le mot grec qui est traduit par béni dans ces passages est makarioi qui signifie être entièrement satisfait. Il fait référence à ceux qui reçoivent la faveur de Dieu, quelles que soient leurs circonstances ».

Qu’est-ce que la bénédiction alors ? Les Écritures nous montrent que la bénédiction est tout ce que Dieu nous donne afin que nous puissions être pleinement satisfaits en lui. C’est tout ce qui nous rapproche de Jésus, tout ce qui nous aide à mettre de côté le temporel et à nous accrocher à ce qui est éternel. Et bien souvent, c’est à travers des luttes, des épreuves, des déceptions, et des attentes que cela se réalise.

Vraiment béni

La souffrance et les pertes nous transforment. Bien qu’elles peuvent parfois nous abattre, elles peuvent également nous pousser à avoir une vie plus profonde avec Dieu que nous n’aurions jamais pu imaginer. Elles nous poussent à nous confier uniquement en Dieu, et non pas sur ce que nous pouvons faire ou accomplir pour lui, et non pas sur ce qu’il peut faire ou accomplir pour nous.

Dans la souffrance et dans la peine, nous chérissons sa présence. Nous désirons connaître ce Dieu qui est pour nous, avec nous et en nous. Une belle famille, des finances confortables et une bonne santé sont des dons merveilleux pour lesquelles nous pouvons effectivement remercier Dieu, mais ce ne sont pas ses plus grandes bénédictions, car elles peuvent nous amener à nous réjouir non plus en Dieu, mais dans ses dons.

La plus grande bénédiction de Dieu, c’est Dieu lui-même. Quand nous l’avons lui, nous sommes vraiment béni.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.