Pendant un moment j’avais craint l’inévitable, qu’un membre de la famille nous appelle avec de mauvaises nouvelles. C’est arrivé samedi dernier. J’avais manqué le premier appel de ma mère, mais en la voyant me rappeler immédiatement, j’ai craint le pire. « Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Je m’attendais à ce qu’elle m’annonce la mort d’une des personnes les plus âgées de notre famille. Mais j’ai été complètement pris au dépourvu. C’était mon cousin de 28 ans. Il avait été tué dans un accident de voiture. Nous l’avons enterré ce samedi. C’était un père, un frère, un oncle et un cousin. Il va beaucoup nous manquer.

La mort est douloureuse. Même si nous savons, à moins que Christ que revienne auparavant, que nous mourrons tous un jour où l’autre, nous évitons d’y penser. C’est particulièrement vrai pour les adolescents et pour les jeunes. Nous nous sentons invincibles et nous pensons que rien ne pourra jamais nous arriver. C’est pourquoi nous avons besoin de ne pas passer trop rapidement à un autre sujet quand la mort nous touche de près. Nous avons besoin de réfléchir sur la mort, de penser un peu à l’éternité.

La mort de mon cousin m’a rappelé cette vérité difficile : La mort est une occasion à saisir qui ne devrait pas être gâchée.

La mort est un enseignant cruel

Quand la mort vient nous frapper, nous sommes tentés d’éliminer la souffrance qu’elle engendre. Nous noyons cette souffrance dans la drogue, le sexe, les loisirs ou l’alcool. Mais quand l’effet de ces choses s’estompe, il reste toujours le fait que nous venons de perdre une personne qui nous était chère. Et nous ne pouvons pas nous échapper de cette réalité.

Nous ne pouvons pas ignorer les implications que la mort a sur notre propre vie. La mort est certes un enseignant cruel, mais elle est tout de même un enseignant. Satan préférerait que nous ne considérions pas la mort. Si notre esprit commence à penser aux choses éternelles, il va devenir moins sensible aux choses qui ne sont que pour un temps. Si nous nous arrêtons afin de réfléchir sur ce que signifie la mort d’un proche pour nous, nous allons devoir faire face à des questions comme : « Commbien de temps vais-je vivre ? » « Que se passe-t-il après la mort ? » « Est-ce que le paradis existe ? Y serais-je ? » « Dieu est-il vraiment là ? Est-ce que ma vie lui plaît ? »

Bien souvent nous évitons ces questions en inventant des histoires que nous aimerions être vraies. Nous mettons notre confiance dans ce que nous avons entendu d’un parent ou d’un moniteur d’une école du dimanche, ou dans ce que nous ressentons dans notre coeur. « Je suis une bonne personne. » « Un jour, je me suis levé à un appel et on a prié pour moi. » « Je vais à l’église dès que j’en ai l’occasion. » Toutes ces choses ne nous donnent qu’un faux sentiment de sécurité. La seule assurance que nous puissions avoir au sujet de notre destinée éternelle se trouve dans la Bible. Quand nous considérons la mort sans nous appuyer sur les Écritures, nous n’avons que des clichés ou de faux espoirs.

Les réponses aux questions que la mort pose

Ainsi, tandis que nous réfléchissons sur la mort, nous devons nous tourner vers la Bible afin de voir les réponses qu’elles nous donnent. Et justement la Bible nous enseigne :

  • Seuls les insensés et les gens corrompus pensent qu’il n’y a pas de Dieu. (Psaume 14:1)
  • Nous ne devrions pas craindre ceux qui peuvent tuer le corps, mais plutôt celui qui peut jeter notre corps et notre âme en enfer. (Matthieu 10:28)
  • Tout le monde va mourir et devra faire face à un jugement. (Hébreux 9:27)
  • Si nos noms ne sont pas dans le livre de vie, nous serons jetés dans l’étang de feu. (Apocalypse 20:15)
  • La seule chose que le péché produit c’est la mort, mais Dieu nous offre gratuitement la vie à travers Jésus. (Romains 6:32)
  • Au jour du jugement, beaucoup de personnes vont s’approcher de Jésus avec un faux sentiment de sécurité. (Matthieu 7:21-23)
  • Ceux qui pratiquent le péché n’hériteront pas le royaume de Dieu, mais souffriront la mort éternelle. (Galates 5:19-21)
  • Ceux qui sont jetés dans l’étang de feu souffriront une perdition éternelle, en dehors de la présence du Seigneur et de sa gloire. (2 Thessaloniciens 1:9)
  • Ceux qui mettent leur confiance en Christ n’ont aucune raison d’avoir peur de la mort. (Jean 14:1-3 ; 2 Corinthiens 5:6-8)
  • Les chrétiens sont citoyens des cieux, et Christ nous transformera afin que nous soyons semblables à Lui. (Philippiens 3:20-21)
  • Ceux qui meurent dans le Seigneur sont bénis. (Apocalypse 14:13)

Des millions de personnes fondent leur éternité sur de faux espoirs. Nous jouons à la roulette russe avec nos âmes, alors que Christ nous offre la sécurité. Les Écritures nous montrent clairement le chemin du salut. Nous ne sommes pas sauvés parce que nous sommes de bonnes personnes. Nous sommes sauvés par grâce (la faveur imméritée de Dieu) par le moyen de la foi en Christ, qui est un don de Dieu (Éphésiens 2:8). Rien de ce que nous pouvons faire ne peut nous faire mériter ce don, c’est pourquoi aucun de nous ne peut se glorifier d’être d’une bonne personne.

Charles Spurgeon nous avertit, « Toute foi en Christ qui ne produit pas un changement dans nos vies est une foi qui vient du diable et qui nous conduira vers le diable, mais en aucun cas vers le paradis. » C’est une folie de baser son éternité sur autre chose qu’une réelle et profonde conversion. C’est une erreur que nous regretterons pendant l’éternité.

Jésus, le vainqueur sur la mort

La vie chrétienne est faite de repentance continuelle et d’une confiance basée uniquement sur l’Évangile de Christ. La vie chrétienne va à l’encontre ce que le monde nous offre : l’argent, le sexe, la puissance et toute autre forme de confort terrestre. Christ a payé le prix sur la croix afin de nous racheter de toutes nos fautes, tout ce que nous avons pu faire ou penser de mal. Christ a été puni à notre place pour nos fautes, et il nous donne sa propre justice en échange. Si nous voulons échapper à la mort éternelle, nous devons devenir de vrais disciples de Jésus.

Ainsi, quand la mort s’approche de vous, ne laissez pas passer cette opportunité. Considérez ses implications et permettez à votre coeur de soupirer après le temps où le mal ne sera plus. Le vrai chrétien désire retrouver son Seigneur afin d’être avec lui. Christ a vaincu la mort et il est capable de nous consoler dans la souffrance. Criez vers Jésus, vers celui qui a vaincu la mort.

Quand la mort frappe autour de vous, saisissez cette opportunité. Vous trouverez le vrai repos uniquement quand vous vous confierez en Jésus-Christ.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.