L’orgueil vous tuera. Pour toujours. L’orgueil est le péché qui est le plus à même de vous empêcher de vous tourner vers le Sauveur. Ceux qui pensent qu’ils vont bien n’appelleront pas de médecin.

Aussi dangereux que puisse être l’orgueil, il est également aussi difficile à détecter. Quand nous sondons notre coeur, ceux d’entre nous qui sont affectés par cette maladie de l’orgueil, nous avons le plus grand mal à l’identifier. L’orgueil affecte notre vision des choses, nous faisant regarder au travers d’une lentille qui déforme la réalité. L’orgueil est même susceptible de nous faire voir la laideur de notre péché comme quelque chose de beau et de louable.

Nous ne pouvons pas conclure que nous n’avons pas d’orgueil simplement parce que nous n’en voyons pas dans notre coeur. Les moments où je me félicite moi-même de mon état sont les moments où je devrais être le plus sur mes gardes. J’ai besoin de me revêtir des lunettes de l’humilité afin de me souvenir que rien de bon n’habite dans ma chair. Je peux ensuite examiner mon coeur pour voir s’il ne s’y cacherait de l’orgueil ou quelques-uns de ses symptômes.

Dans un de ses essais sur l’orgueil caché, Jonathan Edwards souligne sept symptômes subtils qui peuvent être dus à de l’orgueil.

1. Voir les défauts des autres

Alors que l’orgueil nous empêche de voir le mal qui est en nous, il nous empêche également de voir la bonté de Dieu chez les autres. Nous scrutons les autres et nous ne voyons uniquement que ce qui ne va pas chez eux.

Quand j’écoute un sermon ou que j’étudie un passage, c’est l’orgueil qui me pousse à mettre de côté ce que l’Esprit a à me dire pour moi-même, et qui me fait penser aux personnes « qui ont vraiment besoin d’entre cela ».

Edwards écrit :

La personne spirituellement orgueilleuse se manifeste dans le fait qu’elle trouve des fautes chez les autres saints. […] Le chrétien humble a tellement de travail à faire chez lui et voit tellement de mauvaises choses dans son propre coeur, qu’il n’est prompt à s’occuper du coeur des autres.

2. Un esprit sévère

Ceux qui sont contaminés par l’orgueil parlent souvent du péché des autres avec mépris, irritation, frustration ou encore rempli de jugement. L’orgueil transparaît dans la sous-estimation des difficultés que connaissent ceux qui nous entourent. Il se cache dans nos plaisanteries à propos de la « folie » de notre épouse. Il se manifeste dans les prières que nous faisons pour nos amis et qui sont – de manière subtile ou non – teintées d’exaspération.

Là encore Edwards écrit :

Les chrétiens, qui sont tous aussi misérables, devraient au moins se traiter les uns les autres avec la même humilité et la même douceur dont Christ fait preuve envers eux.

3. Superficiel

Quand l’orgueil habite dans nos coeurs, nous sommes bien plus concernés par la perception que les autres ont de nous que par ce qui se passe réellement dans notre coeur. Nous luttons contre les péchés qui ont un impact sur comment les autres nous voient, mais nous faisons la paix avec ceux qu’ils ne peuvent pas voir. Nous connaissons de belles réussites dans les disciplines qui sont visibles aux yeux des hommes, mais n’avons que peu d’intérêt pour celles qui se déroulent en secret.

4. Sur la défensive

Ceux qui se reposent sur la seule justice de Christ y trouvent un solide abri face aux attaques des hommes et du diable lui-même. La vraie humilité n’est pas troublée ou ne se met pas tout de suite sur la défensive face à un reproche ou une remise en question. Mais elle continue à bien faire, confiant le sort de son âme à son Créateur fidèle.

5. Présomption envers Dieu

La personne humble de coeur s’approche de Dieu avec une humble assurance en Christ. Il faut qu’il y ait à la fois l’humilité et l’assurance. Si l’un des deux manque à l’appel, notre coeur est peut-être infecté par l’orgueil. Certains ont beaucoup d’assurance devant Dieu, mais si nous n’y prenons pas garde, nous pouvons oublier qu’il est Dieu.

Edwards écrit :

Quelques-uns dans leur réjouissance devant Dieu, n’ont pas suffisamment considéré les exhortations du Psaume 2:11, « Servez l’Éternel avec crainte, et réjouissez-vous avec tremblement. »

D’autres par contre n’ont aucune assurance devant Dieu. Cela pourrait ressembler à de l’humilité, mais en réalité c’est un autre symptôme d’orgueil. En effet, dans ce cas nous sommes en train d’affirmer que nos péchés sont plus grands que sa grâce. Nous remettons en cause la puissance du sang de Christ et nous tournons notre regard vers nous-mêmes au lieu de le tourner vers Christ.

6. Désir de se faire remarquer

L’orgueil a faim d’attention, d’admiration et de louange de toutes sortes.

Cela peut se manifester en se glorifiant soi-même sans aucune gêne. Cela peut se manifester en ne sachant pas dire « non » parce que nous aimons quand les autres ont besoin de nous. Cela peut se manifester au travers d’une soif obsessive de mariage – ou d’un meilleur mariage – parce que nous voulons être loués. Cela peut se manifester par une envie irrésistible d’avoir la bonne voiture, la bonne maison, la bonne position au travail, tout cela parce que nous cherchons la gloire qui vient des hommes et non de Dieu.

7. Négliger son prochain

L’orgueil préfère certaines personnes à d’autres. Il honore ceux que le monde estime dignes d’honneur. Il donne plus de poids à leurs paroles, à leurs désirs, à leurs besoins. Il y a une grande excitation qui me traverse quand des gens de « pouvoir » me recommandent. De manière consciente ou inconsciente nous négligeons ceux qui sont faibles, qui sont gênants ou peu attrayants, parce qu’ils n’ont, semble-t-il, pas beaucoup à nous offrir.

Peut-être que nous sommes beaucoup plus nombreux que nous le pensons à lutter contre l’orgueil.

Mais il y a une bonne nouvelle pour l’orgueilleux. Confesser son orgueil est le commencement de sa fin. Cela nous montre que la bataille est déjà engagée. Car c’est uniquement quand l’Esprit de Dieu est à l’oeuvre, nous conduisant déjà sur le chemin de l’humilité, que nous pouvons être à même de nous voir tels que nous sommes et chercher à en être délivrés.

Par la grâce de Dieu, nous pouvons de nouveau nous tourner vers le glorieux évangile que nous chérissons et porter toute notre attention sur Christ, même quand nous découvrons les nombreux endroits où cet orgueil se cache. Et comme mon orgueil caché me conduisait autrefois vers la mort, maintenant la confession de celui-ci me conduit vers la vie, me poussant à m’accrocher encore davantage à la justice de Christ.

Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur ; éprouve-moi, et connais mes pensées. Vois si je suis dans une voie d’injustice, et conduis-moi dans la voie de l’éternité ! (Psaume 139:23-24)

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.