La chose la plus charitable que nous pouvons faire pour les autres, c’est d’aimer Dieu plus que nous les aimons. Si nous aimons Dieu par-dessus tout, nous pourrons mieux aimer les autres.

Cela peut sembler étrange à un incroyant. Comment peut-on mieux aimer quelqu’un, en aimant plus quelqu’un d’autre ? Mais ceux qui ont rencontré le Christ vivant comprennent ce que je veux dire. Ils connaissent la profondeur de l’amour et la largeur de la grâce qui se déversent d’eux sur les autres quand eux-mêmes sont remplis de l’amour pour Dieu et de tout ce qu’il est pour eux en Jésus-Christ. Ils connaissent également à quel point leur amour pour les autres peut être faible et artificiel quand leur affection pour Dieu faiblit.

Il y a une raison à pourquoi Jésus a dit que le second plus grand commandement est comme le premier : si nous aimons Dieu de tout notre coeur, nous aimerons également notre prochain comme nous-mêmes (Matthieu 22:37-39). Cela fonctionne comme avec la foi et les oeuvres ; si nous avons vraiment le premier, alors le second vient tout naturellement.

Il nous a aimés le premier

La raison pour laquelle nous aimons mieux les autres quand nous aimons avant tout Dieu est que l’amour dans sa forme la plus vraie et la plus pure vient uniquement de Dieu, parce que Dieu est amour (1 Jean 4:7-8). L’amour est une partie fondamentale de sa nature. Nous sommes uniquement capables de l’aimer et d’aimer n’importe qui d’autre, parce qu’il nous a aimés le premier (1 Jean 4:19). Nous sommes uniquement capables de donner gratuitement aux autres, parce que nous avons reçu gratuitement de lui.

En tant que porteur de l’image de Dieu (Genèse 1:26), nous sommes conçus pour aimer Dieu et les hommes de la même manière dont Dieu aime Dieu et les autres. Dieu, étant l’être le plus pur, le plus parfait, le plus puissant, le plus précieux qui existe doit premièrement s’aimer lui-même afin d’aimer toute autre chose de la meilleure manière, car « toutes choses sont de lui, et par lui, et pour lui » (Romains 11:36). Si Dieu aimait quelqu’un ou quelque chose plus que lui-même, il violerait le premier commandement (Exode 20:3), et le commandement qui lui est semblable (Matthieu 22:37-38). Il serait totalement inapproprié, pervers et immoral que Dieu aime quelqu’un ou quelque chose plus que lui-même. Et comme Dieu, nous devons l’aimer au-dessus de tout afin de pouvoir mieux aimer les autres.

L’horrible conséquence de ne pas aimer Dieu par-dessus tout

Quand nous devenons nous-mêmes (ou quoique ce soit d’autres si c’est possible) l’objet de notre amour suprême à la place de Dieu, notre amour devient alors quelque chose de pervers et tordu. L’amour finit alors par devenir ce que nous voulons qu’il signifie.

Et c’est quelque chose de terrible, bien plus terrible que nous pouvons l’imaginer. Le monde tel que nous le connaissons fonctionne de cette manière : chacun aime de la façon qui lui semble juste à ses propres yeux. Ce qui signifie également que chacun hait de la façon qui lui semble juste à ses propres yeux. On devient alors épris de nous-mêmes (2 Timothée 3:2), et vivons « selon les convoitises de notre chair, accomplissant les désirs de la chair et de nos pensées », étant des « enfants de colère » (Éphésiens 2:3). Ce n’est pas bien difficile de comprendre pourquoi il y a tant de confusion, de conflits, de séparations et de violence dans le monde. Nous vivons dans une anarchie vis-à-vis de l’amour, ce qui conduit à toutes ces horribles choses que nous entendons aux informations.

Le plus grand amour qui ait jamais existé

Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, (Éphésiens 2:4), « a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3:16). L’auteur et le consommateur de l’amour, l’Amour lui-même, est venu dans notre terrible anarchie pour nous sauver (Romains 5:8), pour nous donner une vie nouvelle (Éphésiens 2:5), et pour nous transformer d’enfants de colère en des enfants de Dieu (Jean 1:12) capables de l’aimer lui par-dessus tout et ainsi d’aimer les autres de la bonne manière, comme lui-même nous a aimés.

Et comment nous a-t-il aimés ? Avec le plus grand amour qui ait existé, l’amour qui est de donner sa vie pour ses amis (Jean 17:26 ; Marc 14:36). Et « si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres » (1 Jean 4:11).

Ce qui pourrait être notre plus grand acte d’amour aujourd’hui

Ainsi nous voyons que si nous aimons Dieu par-dessus tout, nous pourrons davantage aimer les autres.

Et il est vrai que c’est une vérité particulièrement dérangeante : La manière dont nous aimons les autres, révèle la manière dont nous aimons Dieu. L’apôtre le dit de manière encore plus brutale : « Celui qui n’aime point son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? » (1 Jean 4:20). Notre amour les uns pour les autres est une indication de l’amour que nous portons à Dieu dans notre coeur.

Dieu est très bon dans la conception de ces choses : notre foi est révélée par nos oeuvres (Jacques 2:18), notre croyance est révélée par nos actions (Luc 6:46), et notre amour pour lui est révélé par notre amour pour les autres (1 Jean 4:20). Il rend les choses difficiles à contrefaire. Et c’est vraiment une grande bonté de sa part (Romains 2:4).

Et donc, puisque le plus grand et le second plus grand commandement concernent l’amour, nous savons que c’est quelque chose d’important pour Dieu. Ainsi la meilleure chose que nous pouvons faire aujourd’hui est de regarder avec honnêteté à la manière dont nous aimons les autres, voir si ce dont il est question en Philippiens 2:12 agit sur nous, et demander à Dieu comment il souhaite que nous réagissions.

Nous pourrions alors nous apercevoir que c’est la plus grande preuve d’amour que nous pourrions faire pour les autres aujourd’hui.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.