Les statistiques sont aussi claires qu’un feu rouge dans la nuit.

Parler au téléphone en conduisant multiplie par 4 le risque que vous ayez un accident. Texter en conduisant le multiplie par 23.

Conduire est intrinsèquement quelque chose de visuel, contrairement au fait de parler ou d’écouter. Nous pouvons parler avec d’autres personnes tout en conduisant avec un minimum de gêne. Mais parce que texter est quelque chose de visuelle, « faire deux tâches simultanément qui requièrent notre vision, comme texter et conduire, réduit de manière dramatique notre capacité à accomplir ces deux tâches » (source).

C’est pourquoi le temps de réaction d’un conducteur en train de texter est plus élevé de 35% comparé à un conducteur normal. Ce taux est même supérieur à celui d’un conducteur sous l’emprise à la fois d’alcool et de drogue (source).

Afin de rendre ces chiffres plus concrets, pendant le temps moyen qu’il faut pour envoyer un message (4,6s) à 90km/h, nous conduisons de manière aveugle sur une distance correspondante à la longueur d’un terrain de football. Puis de manière inconsciente, nous passons par une étape de « cécité d’inattention », qui correspond au fait qu’il nous faut plusieurs secondes avant que notre attention se reconcentre sur la route.

Texter en conduisant est si stupide et dangereux que 46 états l’ont interdit. (Note du traducteur : Ce qui est aussi le cas en France !).

On pourrait donc s’attendre à ce que ces faits dissuadent les personnes de faire quelque chose d’aussi imprudent.

Mais en fait non.

Pourquoi les lois ne fonctionnent pas

Les interdictions légales sur le fait de texter en conduisant ont, semblent-ils, eu peu d’effets sur ce comportement dangereux. En fait, une étude de l’université du Michigan est parvenue à la conclusion que les lois interdisant ce comportement pourraient être à l’origine d’une augmentation des accidents.

Pourquoi les lois ne fonctionnent-elles pas ? Et pourquoi cette augmentation des accidents mortels ?

Premièrement, les consommateurs sont nourris par un flux constant de messages contradictoires. A deadly wandering est un livre récent écrit par le journaliste Matt Richtel, qui fait une étude passionnante sur les dangers de texter en conduisant. Richtel retrace un fait de 2006 où un étudiant qui était en train de texter en conduisant a percuté une voiture, tuant deux personnes à son bord. Richtel raconte l’accident, le procès qui a suivi, et s’interroge de manière pertinente sur nos obligations légales quant au fait de maintenir une attention pleine et entière en conduisant dans un monde numérique.

À la fin de son livre, Richtel pointe le doigt vers les personnes du marketing en télécommunication, vers les constructeurs de voiture et vers le manque de régulation du gouvernement. Nous recevons des messages contradictoires, dit-il. Notre opérateur téléphonique nous dit « Ne textez pas en conduisant », pour ensuite nous vanter les louanges du multitâches. Même un enfant peut comprendre que le multitâche avec un téléphone est mieux que faire uniquement une seule chose (comme conduire un véhicule ?).

Nos constructeurs de voitures disent, « Ne texter pas en conduisant », et ensuite ils installent le WIFI dans nos voitures. Et face à cela, le gouvernement fait peu de choses pour mettre de l’ordre dans ces messages contradictoires, dit-il en conclusion.

Les chercheurs en sécurité routière nous disent qu’il y a peut-être une raison encore plus simple pour expliquer pourquoi les lois ne fonctionnent pas. Les états qui répriment le plus cette pratique la rendent en fait plus clandestine. Au lieu de texter au niveau du volant, nous textons alors de plus bas, en dessous du niveau de la fenêtre. Plus les lois sont répressives, plus on essaie de maintenir le téléphone invisible depuis la fenêtre. Plus le téléphone est bas, plus notre attention s’éloigne de la route, nous demandant encore davantage de temps pour lire et envoyer les messages, et encore davantage de temps pour se reconcentrer sur la route. Ainsi, plus les lois sont sévères, plus on cherche à cacher le fait que l’on texte, et plus les accidents deviennent sérieux.

Ainsi, si les lois, les amendes, les policiers ne peuvent empêcher de texter en conduisant, la solution doit être personnelle. Depuis quelque temps nous avons vu une augmentation des campagnes de prévention qui jouent sur le thème de l’empathie, afin de montrer que les conducteurs inattentifs qui textent peuvent causer des dommages irréversibles aux autres.

Les têtes pensantes derrière ces campagnes de prévention savent que le fait de texter en conduisant est dû au fait d’ignorer les personnes qui sont à l’extérieur de notre voiture.

Dans son nouveau livre, The World Beyond Your Head: On Becoming an Individual in an Age of Distraction, Matthew Crawford, explique ce que les ingénieurs en sécurité routière sont en train d’apprendre : La sécurité routière augmente quand nous savons que nous sommes observés par d’autres personnes à l’extérieur. Plus nous nous rapprochons d’une zone familière, d’une école ou d’un bureau, plus nous devenons conscients que d’autres personnes nous regardent et nous sommes alors plus prudents. Mais quand nous nous éloignons de ces zones, nous avons tendance à accélérer, à oublier les personnes qui sont autour de nous et à nous recroqueviller sur notre propre petit monde.

« Les routes sont pédagogiques, tout comme les voitures », écrit Crawford, « elles peuvent nous inviter à la prudence — littéralement, en nous faisant regarder aux autres et en nous faisant regarder nous-mêmes comme une personne vis-à-vis des autres — ou elles nous entraînent dans une multitude de mondes centrés sur nous-mêmes. Dans ce cas, nous n’avons pas tendance à nous rencontrer les uns les autres, sauf quand nous entrons littéralement en collision avec eux » (p81).

Crawford prévoit l’arrivée des voitures sans conducteurs, une chose à laquelle les chrétiens devront réfléchir plus tard. Mais en attendant, dans ces voitures toujours sous le contrôle de l’homme, le fait de texter en conduisant est une décision égoïste, centrée sur soi, et qui néglige les autres.

Une perspective chrétienne

Alors qu’est-ce que les chrétiens proposent ? Comment pouvons-nous stopper quelque chose que les lois ne peuvent pas faire ?

Comme Jésus nous l’a résumé pour nous, Dieu nous appelle à faire deux choses à chaque moment de notre vie : aimer Dieu et aimer notre prochain (Matthieu 22:37-40).

Cet amour à deux dimensions est quelque chose de puissant là où les lois sont impuissantes.

Premièrement, la manière dont nous utilisons nos téléphones doit être guidée par notre amour pour Dieu et notre désir de lui obéir. Désobéir à de bonnes lois sur la sécurité routière, écrites afin de promouvoir le bien de la société, n’est pas seulement condamnable pénalement, mais c’est aussi un acte de rébellion contre Dieu lui-même (Romains 13:1-7).

Deuxièmement, conduire un véhicule est quelque chose de toujours dangereux et qui met les autres en danger également. Nous sommes aux commandes d’un bloc de plus d’une tonne d’acier et de verre (voir de plus de deux tonnes pour certains SUV), que l’on conduit à vive allure, avec comme seule séparation une ligne de peinture sur le sol. Une inattention de quelque seconde peut nous plonger très rapidement dans des problèmes immenses et parfois même des tragédies. Nous oublions trop souvent que cet outil que nous utilisons tous les jours met la vie des autres en danger et qu’une petite erreur peut changer des vies à tout jamais (Deutéronome 19:4-10).

Troisièmement, nous avons l’obligation de donner notre attention aux personnes qui sont physiquement autour de nous. Quand une personne a demandé à Jésus de définir qui était son « prochain », est-il surprenant qu’il ait mentionné une route (Luc 10:29-37) ? Dans le monde numérique, la personne la plus éloignée de la planète peut distraire notre attention des besoins immédiats autour de nous. De plus, notre cerveau connaît une poussée de dopamine quand quelque chose d’aussi simple qu’un bip sort de notre téléphone (ce qui est par ailleurs une des raisons pourquoi les notifications Facebook sont plus puissantes que les panneaux de signalisation routière).

En d’autres termes, texter en conduisant est un exemple flagrant (parmi bien d’autres) de comment ce monde numérique nous éloigne de l’attention que nous devons porter aux personnes qui sont physiquement autour de nous. La sécurité de notre prochain demande notre pleine attention. Ceux qui ne sont pas physiquement autour de nous peuvent attendre qu’on ait coupé le moteur.

Self contrôle

La vraie solution au fait de texter en conduisant ne peut pas passer par une pression extérieure, mais par une décision intérieure et une discipline personnelle.

Dr. Ray Bingham, professeur chercheur à l’Université de Michigan, le dit également :

Pour l’instant, il n’y a qu’une manière probante de répondre à cette question, elle n’est pas fiable à 100%, mais elle est assez efficace. C’est la bonne vieille méthode de contrôle de soi et d’auto-régulation. Oui, je sais, c’est barbant. Il n’y a là aucun gadget électronique ou je ne sais quelle aide technologique. Peut-être qu’un jour il y a aura des véhicules entièrement autonomes, peut-être qu’il y aura avant cela des technologies qui aideront les conducteurs à rester concentrer et à maintenir leur attention sur la route. En attendant, c’est à chacun de faire sa part pour rendre la route plus sûre en évitant les distractions pendant que nous conduisons.

Tout cela est très simple et très pratique.

Quand vous conduisez, laisser votre téléphone hors de vue. Gardez-le dans votre poche ou dans votre sac. Laissez-le à l’arrière. Éteignez-le quand vous conduisez. Utilisez autre chose pour écouter votre musique. Faites tout ce qu’il faut pour montrer votre amour à votre prochain (vos compagnons de route et vos passagers).

Conduire requiert votre entière attention envers tout ce qui se passe à l’extérieur de la voiture. Ce dont nous avons besoin c’est d’arrêter d’être centré sur nous-mêmes et d’être capable de nous maîtriser. Cela est possible en prenant pour racine notre amour pour Dieu, pour ensuite exprimer notre amour pour notre prochain sur la route.

Texter en conduisant est dangereux, stupide et illégal. Les jeunes le font. Les parents le font. Les femmes le font. Les hommes le font. Et il est temps d’arrêter.

Les chrétiens sont appelés à arrêter de texter en conduisant pas simplement parce que c’est illégal. Mais de manière plus importante encore, texter en conduisant est une négligence de notre prochain, et cette négligence est un péché contre notre Dieu qui nous appelle à nous maîtriser sur la route.

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.