Gagner des personnes à Christ implique le fait qu’elle reconnaîsse un besoin que seul Christ peut combler. Il y a un besoin, parmi de nombreux autres, qui, s’il n’est pas rempli, rend caduc tout autre besoin qui pourraient être comblés. Nous avons tous besoin d’échapper à la colère de Dieu, cette colère qui va venir s’abattre sur la terre. Si nous n’échappons pas à cette colère, toutes les autres bénédictions que nous pouvons avoir sont vaines et inutiles. Ainsi, une vérité indispensable à la bonne nouvelle de l’Évangile de Jésus-Christ, est que lui, et lui seul, est capable de délivrer les croyants de la colère à venir.

Cette vérité est clairement formulée en 1 Thessaloniciens. Paul a prêché l’Évangile dans cette ville et, de manière extraordinaire, beaucoup ont « reçu la parole avec la joie du Saint-Esprit, au milieu de beaucoup d’afflictions » (1 Thessaloniciens 1:6). Paul a prêché quelque chose de si palpitant et si convaincant, que ces personnes ont joyeusement accepté les afflictions en contre partie de cette vérité. Qu’était cette chose ?

Cette vérité était que par Jésus-Christ ils pouvaient être délivrés de la colère de Dieu qui est à venir. « Vous vous êtes convertis des idoles à Dieu, pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir » (1 Thessaloniciens 1:9-10).

Paul les avait avertis qu’alors que certains « diront : ‘Paix et sûreté !’ Alors une ruine subite les surprendra […] et il n’échapperont point » (1 Thessaloniciens 5:3). Et il avait encouragé les croyants au fait que « Dieu ne nous a point destinés à la colère, mais à la possession du salut par notre Seigneur Jésus-Christ » (1 Thessaloniciens 5:9).

Paul savait que Jésus lui-même avait dit, « celui qui désobéit au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui » (Jean 3:36). Et il avait averti les hypocrites en Romains 2, « Mais par ton endurcissement et ton coeur impénitent, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu » (Romains 2:5). Alors qu’il promettait aux croyants, « étant donc maintenant justifiés par son sang, à plus forte raison serons-nous sauvés par lui de la colère de Dieu » (Romains 5:9).

Il me semble qu’aujourd’hui de nombreux prêcheurs ont des doutes que ce message (« Jésus délivre de la colère à venir ») peut être entendu et reçu par nos contemporains comme une bonne nouvelle. Il semble que l’homme moderne est relativement peu troublé par cette colère de Dieu à venir. Ce n’est pas un sujet de discussion au travail. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut entendre à la télévision. Quand vous amenez ce sujet dans la conversation, cela paraît tellement étrange que les personnes peuvent penser que vous êtes soit fanatiques soit instables.

Le monde connaît déjà cette vérité

Je pense que notre silence est une erreur. Il y a beaucoup de raison à cela, mais celle que j’aimerais souligner est celle-ci : Tous les incroyants que vous connaissez, ou que vous rencontrerez, savent déjà que la colère de Dieu vient et qu’ils la méritent. Quand vous en parlerez avec eux, vous toucherez quelque chose de sensible dans leur âme. Ils ont peut-être mis de côté cette connaissance, mais elle est là.

Je vois cette vérité en Romains 1. Premièrement, Paul dit que tous les peuples connaissent Dieu et connaissent de nombreuses choses à son sujet, mais ils ont mis de côté cette connaissance, et ils tentent de la supprimer de leur conscience. Paul parle de l’humanité en général quand il dit, « ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces » (Romains 1:21). Ou encore, qu’ils « retiennent la vérité dans l’injustice » (Romains 1:18). Ainsi, « se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en des images » (Romains 1:22-23). Ainsi, ils connaissent Dieu – tous les peuples connaissent Dieu – mais ils tentent de supprimer cette connaissance de leur conscience.

La même chose peut être dite à propos du jugement de Dieu, cette colère qui est à venir. En Romains 1:29-31, Paul fait une liste de vingt péchés typiques de ceux qui ont supprimé cette connaissance de Dieu de leur conscience. Puis au verset 32 il dit à leur sujet, « qui, connaissant le décret de Dieu, savoir : que ceux qui commettent de telles choses sont dignes de morts, non seulement les pratiquent, mais encore approuvent ceux qui les commettent » (Romains 1:32).

Quelque chose qu’ils savent déjà

Prêtez attention à ce qu’ils savent. Premièrement, ils connaissent « le décret de Dieu ». Non pas un sens général du bien et du mal, mais le fait que Dieu lui-même a déterminé ce qui est bien et mal. C’est ce « décret de Dieu » que tout le monde connaît.

Deuxièmement, ils connaissent le contenu de ce décret. Il y a des comportements qui sont mauvais, « ceux qui commettent de telles choses sont dignes de morts ». De telles choses. Ils savent que de telles choses sont mauvaises.

Troisièmement, ils savent que ce décret de Dieu dit qu’ils « sont dignes de morts ». Ils savent que désobéir aux standards que Dieu a établis conduit à la colère de Dieu. La formulation de Paul ne veut pas dire que la mort fait suite au péché comme une maladie fait suite à une infection. Cette formulation met en évidence le fait qu’ils sont « dignes de morts ». C’est-à-dire, qu’ils encourent une réelle condamnation devant un réel juge et que ce jugement est pleinement justifié. De plus ce réel jugement vient de Dieu en personne qui est juste et sage.

Voilà ce que toutes personnes connaissent. Elles savent toutes qu’elles font le mal. Elles savent toutes que le mal est une désobéissance par rapport à un standard divin. Elles savent toutes qu’elles méritent le jugement que Dieu a prononcé, c’est-à-dire la mort. Et ainsi, elles savent toutes que la colère de Dieu les attend. Et elles savent que l’écart qui existe entre leur propre déchéance et la grandeur de leur Créateur implique une sanction de mort qui est bien plus qu’une simple perte de conscience qui serait due à une mort physique.

Nous parlons souvent de comment trouver des ponts entre nous et les incroyants, un pont qui nous permettrait d’avoir accès à leurs âmes afin de les aider à voir la valeur de l’Évangile. Et bien, il y a un pont dans la conscience de tout homme. Ils savent tous que la colère de Dieu arrive. Ils savent tous qu’ils sont coupables et qu’ils seront balayés.

Ils peuvent avoir supprimé cette vérité de leur conscience, comme ils ont supprimé leur connaissance de Dieu, mais elle est toujours là. Ainsi, vous pouvez, en étant rempli du Saint-Esprit et de cette bonne nouvelle qu’il existe un moyen d’échapper à la colère de Dieu, être un instrument de Dieu pour réveiller cette vérité en eux et leur redonner de l’espoir.

Mon appel

Mon appel est un appel pour tous ceux qui aiment l’Évangile de Jésus et pour ceux qui aiment les personnes, à annoncer avec hardiesse ces vérités. Il est important d’annoncer d’une manière claire et sage tout le conseil de Dieu, et notamment cette merveilleuse vérité que Jésus est venu nous délivrer de la colère de Dieu. Il n’y a rien de plus terrible que d’être l’objet à juste titre de la colère d’un Dieu juste et omnipotent. Le monde, et tous ses habitants ont besoin de savoir que Dieu a pourvu à un moyen d’échapper à cette colère par l’intermédiaire de Jésus-Christ. Cette vérité est essentielle dans l’Évangile que nous prêchons.

Pourquoi est-ce que Paul dit aux anciens d’Éphèse qu’il est net de leur sang ? Il donne la raison au verset suivant : « Car je vous ai annoncé tout le dessein de Dieu, sans en rien cacher » (Actes 20:26-27). En d’autres termes, il leur a annoncé le jugement à venir. Et soit le sang de Christ vous met à l’abri de cette colère de Dieu parce que vous avez trouvé refuge en lui, soit vous paierez ce jugement de votre propre sang.

Mais ce sang ne sera pas sur mes mains, Paul leur dit. Parce que je vous ai averti que cette colère arrive. Et je vous ai montré le moyen d’y échapper. Cela m’a beaucoup coûté. Mais je vis de telle manière que « j’achève avec joie ma course et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus, pour annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu » (Actes 20:24).

Article traduit par Daniel Zuwala. © 2018 Desiring God Foundation. Site web : DesiringGod

Vous êtes autorisés et même encouragés à reproduire et à distribuer cet article dans son ensemble et ce de manière gratuite uniquement. En cas de partage sur internet, merci de ne poster qu'une partie du contenu (et non sa totalité) et de placer un lien vers cette page.